Sotchi: 44 pays présents à la cérémonie d'ouverture... mais pas la Belgique

05/02/14 à 19:45 - Mise à jour à 19:45

Source: Le Vif

Il n'y aura pas de représentant politique belge à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi, en Russie, mais la Belgique n'entend pour autant pas boycotter officiellement cette manifestation, tel est le message qui est passé mercredi en commission des Relations extérieures de la Chambre.

Sotchi: 44 pays présents à la cérémonie d'ouverture... mais pas la Belgique

© Reuters

Les écologistes ont déposé une résolution qui demande notamment au gouvernement fédéral "de ne pas assister à la cérémonie d'ouverture des jeux olympiques et de n'y envoyer aucun représentant de la Belgique si les autorités russes ne fournissent pas de preuves visibles de l'amélioration de la situation à l'égard du respect des droits de l'homme".

Au Sénat, un tel texte a déjà été rejeté, au profit d'une résolution plus large relative à la situation des droits de l'homme en Russie.

Les Verts ont porté cette fois-ci le problème à la Chambre. La députée Juliette Boulet (Ecolo) a notamment insisté sur la situation des homosexuels en Russie. A ses yeux, il est important que la Belgique profite de l'attention médiatique qui sera concentrée sur les JO d'hiver pour faire passer un message.

"C'est l'occasion d'envoyer un signal fort", a-t-elle expliqué.

La résolution vise aussi le Comité Olympique Interfédéral Belge (COIB) à qui il est demandé de placer, sur tous les vêtements des athlètes belges, un appel au respect des droits de l'homme et aux droits des minorités sexuelles.

La majorité a rejeté le texte. Plusieurs députés se sont interrogés sur ses aspects pratiques à deux jours de l'ouverture de Jeux. Ils ont aussi rappelé que plusieurs personnalités politiques belges avaient annoncé qu'elles ne se rendraient pas à cette cérémonie, comme le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders ou le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte.

Selon Christiane Vienne (PS), la situation des droits de l'homme impose une réaction politique et diplomatique forte, entre autres dans des enceintes comme celle du Conseil de l'Europe, mais non sportive. A ses yeux, il ne revient pas au COIB de jouer un tel rôle.

"Notre demande vise les autorités politiques belges. On peut faire des communiqués de presse à tout va. Si on ne les concrétise pas quand c'est possible de le faire, c'est de la paresse politique", a regretté Mme Boulet.

Au-delà, il n'est pas de tradition dans le chef des autorités belges d'envoyer des représentants politiques aux Jeux olympiques d'hiver, la Belgique ayant peu l'occasion de se singulariser dans les disciplines proposées.

44 chefs d'Etat et de gouvernement à la cérémonie d'ouverture

Quarante-quatre chefs d'Etat et de gouvernement assisteront vendredi à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques d'hiver, a déclaré mercredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Au total, pendant toute la durée des JO, du 7 au 23 février, environ 60 chefs d'Etat et de gouvernement viendront à Sotchi, a ajouté M. Peskov, cité par des médias russes.

Le porte-parole du président Vladimir Poutine n'a dévoilé aucun des noms des dignitaires attendus dans la ville hôte des Jeux, entre les bords de la mer Noire et les montagnes du Caucase russe.

De son côté, le comité d'organisation des JO a indiqué à l'AFP ne pas être en mesure de communiquer la liste des dirigeants des différents pays qui assisteront à la cérémonie d'ouverture vendredi soir.

Parmi ces personnalités figure notamment le président chinois, Xi Jinping, dont la présence a été confirmée précédemment par Pékin.

En revanche, ni le président américain Barack Obama ni aucun membre de son cabinet ministériel ne feront le déplacement à Sotchi, selon la Maison Blanche. Les présidents français et allemand, François Hollande et Joachim Gauck, avaient également fait savoir qu'ils ne se rendraient pas à Sotchi. Certains analystes ont interprété ces absences comme un signe de protestation contre les violations des droits de l'homme en Russie, dénoncée régulièrement par des ONG.

Nos partenaires