Sommet Otan: Après les tensions, un dîner serein

12/07/18 à 10:33 - Mise à jour à 10:44

Source: Afp

Le dîner des chefs d'Etat et de gouvernement des 29 pays de l'Otan et de leurs partenaires les plus proches s'est tenu mercredi soir au Cinquantenaire à Bruxelles dans une "atmosphère sereine" après les tensions de la journée générées notamment par les tweets comminatoires et à répétition du président américain Donald Trump enjoignant ses alliés à augmenter rapidement leurs dépenses de défense, a-t-on indiqué jeudi de bonne source.

Sommet Otan: Après les tensions, un dîner serein

© Belga

"Autour de la table, chacun a exprimé" ses opinions, a indiqué cette source, selon laquelle plusieurs chefs d'Etat ou de gouvernement ont affirmé leur attachement au multilatéralisme - une notion que M. Trump remet régulièrement en cause par ses prises de positions, comme sur le commerce et le changement climatique - et leur souhait d'éviter "des décisions unilatérales", une allusion aux taxes de 10% sur les importations d'aluminium et de 25% sur celles d'acier en provenance notamment d'Europe imposées par le locataire de la Maison Blanche.

Les dirigeants alliés étaient réunis mercredi soir en dîner de travail aux Musées royaux d'Art et d'Histoire au Cinquantenaire pour "aborder les défis actuels de la sécurité euro-atlantique" en compagnie du président finlandais Sauli Niinisto et du Premier ministre suédois, Stefan Löfven, ainsi que des présidents du Conseil européen et de la Commission, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker.

Ils ont principalement discuté des relations avec la Russie, de la situation dans le sud de l'Europe et des menaces hybrides et non-conventionnelles susceptibles d'affecter la sécurité sur le Vieux Continent, a-t-on précisé de même source.

Elle a qualifié l'atmosphère de "sereine" et "tranchant" avec les titres de la presse, le journal 'La Libre Belgique' soulignant notamment que "Donald Trump bouscule l'Otan" et 'Le Soir' que "Les alliés de l'Otan (restent) impassibles face à Trump".

A propos de la Russie, les dirigeants alliés ont rappelé la politique approuvée par l'Otan de fermeté et de défense forte couplée au maintien d'un dialogue politique avec Moscou, où quelques délégations occidentales se sont rendues en dépit des sanctions imposées à la suite de l'ingérence reprochée au Kremlin dans les affaires intérieures de ses voisins ukrainien et géorgien. M. Trump lui-même doit rencontrer son homologue russe lundi à Helsinki pour un sommet qui suscite chez les alliés des craintes de concessions américaines.

"On sent l'évolution vers une approche plus balancée", en faveur du dialogue, a souligné cette même source.

Certains dirigeants ont, face à l'instabilité qui touche le flanc sud de l'Otan, plaidé pour une attention accrue, "proactive" en faveur du continent africain où les conflits, la pauvreté et le changement climatique produisent un "cocktail délicat".

Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des mêmes pays, alliés et partenaires proches, ont pour leur part participé à deux dîners séparés mais consacrés aux mêmes thèmes.

Quelque 200 personnes s'étaient rassemblées, mercredi de 18h00 à 20h00, avenue de la Joyeuse Entrée, aux portes du parc du Cinquantenaire à Bruxelles, pour dénoncer la politique de l'Otan.

Nos partenaires