Sommet de la dernière chance: Merkel, Hollande et Porochenko avec Poutine à Minsk

11/02/15 à 18:36 - Mise à jour à 18:36

Source: Belga

François Hollande, Angela Merkel et Petro Porochenko ont retrouvé mercredi Vladimir Poutine à Minsk pour un sommet de la dernière chance visant à obtenir la paix en Ukraine, au soir de l'une des journées les plus sanglantes du conflit.

Sommet de la dernière chance: Merkel, Hollande et Porochenko avec Poutine à Minsk

© REUTERS

La chancelière allemande Angela Merkel devait s'entretenir avec le président français François Hollande et son homologue ukrainien Petro Porochenko avant le sommet avec le chef de l'Etat russe Vladimir Poutine, le rendez-vous diplomatique le plus important depuis le début de la crise ukrainienne, a-t-on appris auprès de l'entourage du chef d'Etat français. Les trois dirigeants ont atterri quasi-simultanément vers 15H00 GMT, avant M. Poutine.

François Hollande est monté dans l'avion d'Angela Merkel pour une brève discussion avant que tous deux ne prennent la même voiture pour se rendre à Minsk.

Les dirigeants ont ensuite tous été accueillis au Palais de l'Indépendance, un imposant bâtiment de style post-soviétique, par Alexandre Loukachenko, le président bélarusse et hôte d'un jour des négociations de paix.

Avant d'arriver dans la capitale russe, les participants au sommet ont fait monter la pression par déclarations interposées tandis que sur le terrain, soldats ukrainiens et rebelles intensifiaient leurs combats pour arriver en position de force à la table des négociations.

Une cinquantaine de personnes, civils et soldats, ont ainsi été tuées mardi et mercredi, l'un des plus lourds bilans depuis le début il y a dix mois de ce conflit qui a déjà fait plus de 5.300 morts aux portes de l'Europe.

La rencontre au Bélarus a été organisée au terme d'une semaine d'intenses consultations diplomatiques lancées par les dirigeants français et allemand, qui s'étaient rendus samedi à Moscou pour y rencontrer M. Poutine.

Le sommet de Minsk mercredi sera "un tournant, pour le meilleur ou pour le pire", a résumé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, tout en évoquant "des perspectives inquiétantes" si l'issue de la rencontre était négative.

Avant de s'envoler pour Minsk, le président ukrainien Petro Porochenko avait affiché sa fermeté en se disant prêt à décréter la loi martiale dans toute l'Ukraine en cas d'échec du sommet. Il avait également averti le Kremlin que François Hollande, Angela Merkel et lui-même lui parleraient "d'une seule voix".

Selon l'Elysée, le président français et la chancelière allemande comptent "tout essayer" pour trouver une issue diplomatique à une crise qui a généré la pire période de confrontation entre la Russie et les Occidentaux depuis la fin de l'URSS en 1991.

Prudent, Berlin a évoqué "une lueur d'espoir" mais jugé son résultat "incertain".

Depuis Washington, le président américain Barack Obama avait fait monter les enchères en appelant dans la nuit Vladimir Poutine pour lui dire que s'il continuait sa stratégie "agressive" en Ukraine, la Russie verrait augmenter le "prix à payer".

A Moscou, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a lui fait état de "progrès notables" tout en accusant les Ukrainiens de vouloir placer un peu trop haut dans la liste des priorités du sommet la question du contrôle de la frontière entre la Russie et l'Ukraine au niveau des zones séparatistes.

En savoir plus sur:

Nos partenaires