Somalie : l'ONU décrète l'état de famine dans le sud

20/07/11 à 11:07 - Mise à jour à 11:07

Source: Le Vif

Deux régions du sud de la Somalie, contrôlées par les insurgés islamistes shebab et où sévit une gravissime sécheresse, sont frappées par la famine, a annoncé l'ONU à Nairobi.

Somalie : l'ONU décrète l'état de famine dans le sud

© Belga/AFP

La Corne de l'Afrique est touchée par la pire sécheresse depuis 60 ans et des millions de vies sont menacées. L'ONU exhorte la communauté internationale d'aider cette région où sévit une véritable catastrophe humanitaire.

Parmi les pays frappés par la sécheresse - Somalie, Kenya, Ethiopie et Djibouti-, c'est la Somalie qui est la plus menacée. Un pays où la situation est aggravée par 20 ans de guerre civile. Les instances onusiennes et humanitaires tirent la sonnette d'alarme sur cette situation particulièrement préoccupante.

"Si nous n'agissons pas maintenant, la famine va s'étendre à toutes les huit régions du sud de la Somalie dans les deux mois à venir, en raison de mauvaises récoltes et de l'apparition de maladies infectieuses", avertit l'ONU.

Une situation de famine est décrétée lorsque le taux de mortalité atteint plus de deux morts sur 10.000 personnes par jour et lorsque 30% de la population d'une région succombe des suites de la famine, selon les critères de l'ONU.

La moitié de la population somalienne, soit 3,7 millions de personnes dont 2,8 millions vivant dans le sud, est désormais en situation de crise. Et les Somaliens fuient leur pays par milliers à destination de l'Ethiopie et du Kenya voisins.

Les camps de Dadaab, dans l'Est du Kenya, rassemblent 380.000 réfugiés, soit quatre fois la capacité prévue initialement. Une hausse fulgurante qui inquiète les Nations Unies.

Car le taux de mortalité de ces réfugiés somaliens est en forte hausse d'après le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). Ce sont les enfants en bas-âge qui sont les premières victimes.

L'ONU a procédé à sa première livraison d'aide alimentaire la semaine dernière dans une zone contrôlée par la rébellion. Les rebelles n'ont pas tenté d'empêcher l'acheminement des cinq tonnes d'aide et de médicaments.

Le vif.be avec Belga

Nos partenaires