Somalie : Ban Ki-moon "choqué" après l'attaque de l'ONU

19/06/13 à 14:59 - Mise à jour à 14:59

Source: Le Vif

Des insurgés islamistes shebab ont attaqué le principal complexe de l'ONU à Mogadiscio. Ils ont réussi à y pénétrer avant d'être abattus. Cinq employés de l'ONU ont été tués.

Somalie : Ban Ki-moon "choqué" après l'attaque de l'ONU

© Reuters

Après 1h30 de combats entre les islamistes shebab et les gardes privés de l'ONU, l'attaque a pris fin à la mi-journée. Cinq employés de l'ONU, trois étrangers et deux gardes somaliens, ont été tués. "La situation est désormais sous contrôle et les forces de sécurité somaliennes, épaulées par les troupes de l'Amisom (Mission de l'Union africaine en Somalie) ont pris possession des bâtiments et éliminé les assaillants", a déclaré Abdulahi Osman, un responsable de la police somalienne.

Une source onusienne à Nairobi, a confirmé la fin de l'attaque et a précisé: "La fouille du complexe est terminée, mais tout le personnel reste pour l'instant dans les pièces sécurisées".

Ceintures d'explosifs

Selon cette même source, "vers 11H40 (10H40 à Paris) une voiture piégée a explosé devant la porte d'entrée" du complexe, "ensuite un kamikaze" a déclenché sa ceinture d'explosifs.

Un nombre indéterminé d'assaillants, probablement aussi munis de ceintures d'explosifs, ont ensuite réussi à pénétrer dans le complexe et y affronter les gardes privés de l'ONU, a poursuivi cette source. "Tout le personnel" onusien sur place "a été mis aux abris" dès le début de l'attaque, a-t-elle précisé.

Les insurgés islamistes shebab ont revendiqué cette attaque menée selon eux par "la Brigade du Martyr". "Nos commandos ont attaqué le complexe de l'ONU (...) nous avons déclenché une explosion et sommes entrés dans le complexe, où nous affrontons actuellement les forces infidèles", avait déclaré à la mi-journée à l'AFP par téléphone un haut responsable shebab, ayant requis l'anonymat.

La Mission de l'ONU en Somalie (Unsom) a confirmé sur Tweeter que sa principale enceinte faisait l'objet d'une "attaque complexe". Le terme est employé pour désigner des actions, souvent suicide, menées par des insurgés impliquant l'utilisation combinée de fantassins, de kamikazes et de véhicules piégés.

En savoir plus sur:

Nos partenaires