Snowden confirme que la NSA a espionné Belgacom

07/03/14 à 20:50 - Mise à jour à 20:50

Source: Le Vif

L'ancien agent de la NSA Edward Snowden confirme, dans un témoignage au Parlement européen rendu public vendredi, que l'agence américaine de renseignements a bien espionné des communications du réseau de Belgacom, comme le veut une information toujours non confirmée.

Snowden confirme que la NSA a espionné Belgacom

© Reuters

En juillet dernier, Belgacom a porté plainte contre X auprès du parquet fédéral après avoir été victime d'une intrusion numérique. Une investigation interne avait permis de découvrir que sa filiale internationale Bics - active notamment en Afrique et au Moyen-Orient mais aussi dans la fourniture de services à la Commission européenne - avait été filtrée. Tous les soupçons se portent vers l'agence NSA, dont les programmes d'espionnage massif en Europe ont été dévoilés par M. Snowden.

L'agence britannique GCHQ a également été citée. Le témoignage écrit que M. Snwoden a fait parvenir au Parlement européen, en réponse aux questions de députés, confirme l'implication de la NSA. "Je ne veux pas doubler les journalistes, mais je peux confirmer que tous les documents révélés jusqu'ici sont authentiques et non modifiés, ce qui signifie que les opérations visant Belgacom, Swift (le service de messagerie financière basé à Bruxelles, ndlr), l'UE en tant qu'institution, les Nations Unies, l'Unicef et d'autres, sur base de documents que j'ai fournis, ont effectivement eu lieu. Et je m'attends à ce que des opérations similaires affectant de nombreux autres citoyens ordinaires soient dévoilées dans le futur", affirme Edward Snowden, selon ce témoignage.

L'ancient agent américain, exilé en Russie, dénonce surtout les manoeuvres de la NSA pour légaliser l'espionnage de masse dans le monde. "L'une des activités essentielles de la division des affaires étrangères de la NSA est de faire pression ou d'inciter les Etats membres de l'UE à changer leurs lois autorisant la surveillance de masse", soutient-il.

De telles opérations ont été menées en Suède, aux Pays-Bas, ou en Allemagne, avec comme résultat "la mise en place en secret de systèmes intrusifs de surveillance massive".

Edward Snowden incrimine notamment le droit que se réserve la NSA d'espionner les ressortissants des partenaires des Etats-Unis, sans les en informer. Au passage, cela permet aux Etats concernés d'invoquer leur ignorance face à leur opinion publique, met-il en avant.

Selon M. Snowden, le "résultat est un bazar européen" où les Etats membres acceptent de céder individuellement à la NSA des droits censés être limités mais lui permettant au final de mettre en place "un patchwork de surveillance de masse contre l'ensemble des citoyens ordinaires".

Snowden exhorte les eurodéputés à agir pour empêcher que "les espions ne dictent la politique" des Etats de l'UE.

"La bonne nouvelle est qu'il y a une solution: la faiblesse de la surveillance de masse est qu'elle peut facilement être rendue trop coûteuse via des changements de normes techniques" avec la généralisation du cryptage, ajoute-t-il.

A l'issue d'une enquête de six mois sur la surveillance massive américaine révélée par Edward Snowden, le Parlement européen doit se prononcer la semaine prochaine sur un projet de rapport préconisant de suspendre deux importants accords d'échange de données avec les Etats-Unis.

En savoir plus sur:

Nos partenaires