Jonathan Holslag
Jonathan Holslag
Jonathan Holslag est professeur en relations internationales à la VUB.
analyse

21/04/17 à 13:27 - Mise à jour à 13:26

"Si les Américains veulent vraiment continuer à dominer, ils feraient mieux de semer la discorde entre la Russie et la Chine"

"À court terme, la réaction de Pékin et de Moscou au sujet de l'attaque de représailles en Syrie est moins violente que prévu", déclare Jonathan Holslag (VUB). "À plus long terme, cet incident aggravera encore la méfiance, rapprochera la Chine et la Russie et accélérera la surenchère militaire."

Les missiles américains qui ont manqué leur cible ont provoqué la condescendance de certains. L'attaque américaine aurait été trop précipitée et aurait causé peu de dégâts à l'armée gouvernementale syrienne. C'est peut-être le cas, mais les missiles ont envenimé les relations américaines avec la Chine et la Russie. C'est encore une mauvaise nouvelle. À court terme, la réaction de Pékin et Moscou est moins virulente que prévu. À plus long terme, cet incident aggravera la méfiance, rapprochera la Chine et la Russie et accélérera la surenchère militaire.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos