Satisfaction de la communauté internationale après le retrait de Kabila

09/08/18 à 19:37 - Mise à jour à 19:37

Source: Belga

La décision du président congolais Joseph Kabila de ne pas briguer un troisième mandat a été saluée jeudi par l'ensemble des organisations et pays qui suivent de près la marche vers des élections en République démocratique du Congo (RDC).

Satisfaction de la communauté internationale après le retrait de Kabila

© BELGA

"Nous saluons la décision du président Joseph Kabila Kabange d'avoir tenu son engagement de respecter la Constitution congolaise", ont écrit dans un communiqué conjoint la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies à Kinshasa, et les ambassadeurs ou chefs de mission de l'Union africaine (UA), de l'Union européenne, du Canada, des États-Unis et de la Suisse.

Mercredi, M. Kabila a désigné son ex-ministre de l'Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary et actuel secrétaire permanent du parti présidentiel (PPRD) comme candidat pour le succéder à la présidence de la République, au dernier jour du dépôt de candidature pour le scrutin présidentiel prévu le 23 décembre 2018. La Constitution interdisait à M. Kabila, au pouvoir depuis 2001, élu en 2006, réélu dans la contestation en 2011, de se représenter pour un troisième mandat.

"La conclusion du dépôt des candidatures pour les élections présidentielles et législatives en RDC, conformément au calendrier électoral de la commission électorale, constitue une étape clé sur la voie devant mener à la première alternance politique pacifique en RDC, grâce à des élections crédibles le 23 décembre 2018", ont estimé ces diplomates.

"L'engagement de tous les acteurs congolais en faveur d'élections crédibles, pacifiques et inclusives avant la fin de l'année renforcera la stabilité et la prospérité de la RDC et de toute la région", ont-ils encore indiqué.

"Nous réitérons notre appel à toutes les parties à veiller à ce que le processus électoral et le transfert du pouvoir soient menés de manière transparente, pacifique et inclusive, conformément à la Constitution et à l'Accord de la Saint-Sylvestre de décembre 2016", ont ajouté les représentants de l'ONU, de l'UA, de l'UE, des Etats-Unis du Canada et de la Suisse à Kinshasa.

Nos partenaires