Sarkozy modifie à la marge la réforme des retraites

08/09/10 à 12:02 - Mise à jour à 12:02

Source: Le Vif

Le chef de l'Etat s'est dit "attentif" à la mobilisation de mardi et a annoncé des améliorations pour la pénibilité et les carrières longues.

Sarkozy modifie à la marge la réforme des retraites

© EPA

Face à la forte mobilisation syndicale de mardi, Nicolas Sarkozy garde le cap. Ce mercredi matin, en conseil des ministres, le chef de l'Etat a annoncé une "amélioration du dispositif des carrières longues", ainsi qu'un abaissement de 20 à 10 % du seuil d'incapacité.

"Le dispositif carrières longues créé en 2003 sera maintenu et élargi: tous ceux qui sont rentrés très jeunes sur le marché du travail, c'est-à-dire avant 18 ans, et qui ont toutes les années de cotisations requises, pourront continuer à partir à 60 ans, voire avant", a dit le chef de l'Etat dans une déclaration communiquée ensuite à la presse.

"Je demande au gouvernement d'améliorer le dispositif afin d'éviter tout effet de seuil et de renforcer par conséquent l'équité entre les générations. Cela représente un effort supplémentaire de 350 millions d'euros pour nos régimes de retraite", a-t-il ajouté.

En ce qui concerne le facteur pénibilité, il a proposé d'abaisser à 10% le taux d'incapacité permettant aux salariés effectuant un travail pénible de continuer à partir à la retraite à 60 ans, contre 20% dans le texte actuel, et souhaité des accords de branche pour aménager leur fin de carrière.

Les syndicats pensent à une nouvelle journée de mobilisation "Ces branches ou ces entreprises pourront compter sur le soutien financier et l'ingénierie d'un fonds public expérimental. Un bilan de ces actions sera dressé en 2014", a aussi annoncé le chef de l'Etat.

Ces propositions prendront la forme d'amendements au projet de loi débattu depuis ce mardi à l'Assemblée nationale.

L'Elysée dit s'attendre à une nouvelle journée de mobilisation qui pourrait intervenir plus tard dans le mois un samedi ou un dimanche. Tout dépendra de la date fixée par les syndicats qui doivent ce réunir auourd'hui même pour discuter des suites de leurs actions.

Le Vif.be, avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires