Sarkozy et Juppé contre le FN : des méthodes radicalement opposées

11/09/16 à 11:00 - Mise à jour à 21/09/16 à 12:35

Source: Le Vif/l'express

L'affrontement sur l'"identité heureuse" l'atteste : Alain Juppé et Nicolas Sarkozy adoptent des méthodes radicalement opposées face à l'extrême droite. Qui a raison ? C'est l'une des clés de la primaire de novembre.

C'est peut-être un détail pour lui, mais, pour eux, ça veut dire beaucoup. Lui, c'est Alain Juppé. Eux, ce sont les électeurs de droite. Juin 2014 : l'ancien Premier ministre accède, au sein d'un triumvirat qu'il compose avec François Fillon et Jean-Pierre Raffarin, à la direction provisoire de l'UMP. Il fixe les objectifs : sa charge contre le Front national arrive alors... avant la dénonciation de la présidence Hollande. Ne dites pas que ce garçon était fou - pas le genre de la maison. Mais c'est ainsi : dès qu'il s'agit de l'extrême droite, Alain Juppé le rationnel laisse parler ses tripes. " Sa phobie du FN est l'un de ses aiguillons, et c'est précisément parce qu'il est un rationnel qu'il n'arrive pas à comprendre que des gens se laissent bercer par les formules du FN, ça le rend dingue, observe sa première adjointe à la mairie de Bordeaux, Virginie Calmels, qui ajoute : S'il est élu et qu'à un moment il fléchit, je lui dirai que son successeur s'appellera Marine Le Pen. La seule menace de cette perspective le poussera à agir. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires