Rwanda: Kagame accuse l'Occident de ne pas poursuvire des génocidaires

07/04/12 à 21:00 - Mise à jour à 21:00

Source: Le Vif

Le président rwandais Paul Kagame a accusé samedi certains pays occidentaux, qu'il n'a pas cités, de laisser circuler librement sur leur territoire des personnes soupçonnées de participation au génocide des Tutsi de 1994, que le Rwanda commémorait pour la dix-huitième fois.

Rwanda: Kagame accuse l'Occident de ne pas poursuvire des génocidaires

© Reuters

Perpétré par des extrémistes hutus, le génocide d'avril à juillet 1994 a fait, selon l'ONU, près de 800.000 tués. "Au moment où nous honorons la mémoire de ceux que nous avons perdus, certains de ceux qui les ont tués circulent encore librement dans les capitales du monde dit libre. Il y a peu d'efforts pour les appréhender et lorsque cela arrive, c'est un simulacre destiné à nous aveugler et nous donner l'impression qu'ils sont en train de rendre justice", a déclaré M. Kagame.

La France se trouve au premier rang des pays souvent accusés par le Rwanda de faire insuffisamment d'efforts pour poursuivre les suspects de génocide se trouvant sur son territoire. Une délégation de juges d'instruction français a rencontré cette semaine à Kigali le procureur général du Rwanda, Martin Ngoga, après que celui-ci eut menacé de suspendre la coopération de son institution avec la justice française. Selon la partie rwandaise, le différend a été aplani et les enquêteurs français peuvent poursuivre leurs missions au Rwanda.

Même lorsque les suspects sont arrêtés, "ils sont relâchés peu après", a encore accusé le président rwandais, dans un discours en anglais puis en langue rwandaise. "Mais lorsque des actes de terrorisme sont commis contre leur peuple, le monde entier est mobilisé, en réalité, parfois forcé de se joindre à la recherche de ces criminels pour qu'ils soient traduits en justice ", a-t-il fait remarquer. "C'est comme si les vies de Rwandais, ou de façon similaire, les vies d'Africains avaient moins de valeur que les vies de leurs ressortissants", a dit M. Kagame.

Il a estimé qu'il s'agissait "d'une hypocrisie, d'une injustice que les Africains ont longtemps subies et qu'ils doivent rejeter par tous les moyens".

LeVif.be, avec Belga.

En savoir plus sur:

Nos partenaires