Rétro 2016 : Afrique centrale, tensions extrêmes

04/01/17 à 07:20 - Mise à jour à 07:24

Source: Le Vif/l'express

"Pas d'élections avant 2018", annonce Kinshasa, qui joue avec le feu électoral. Au Burundi, le pouvoir se referme dans sa carapace. Et n'écoute plus personne.

Le vent démocratique peine à souffler sur l'Afrique centrale. Alors que 2016 et 2017 devaient marquer le changement, on garde les mêmes et on continue. Au Rwanda, Paul Kagame a préparé le terrain en vue d'un troisième mandat. Au Burundi, Pierre Nkurunziza s'en est carrément emparé, au mépris des accords d'Arusha. Et au Congo, Joseph Kabila a dépassé la date butoir du 19 décembre, censée marquer la fin de son deuxième et dernier mandat. Autant de prolong...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires