Répression sanglante des manifestations à Bahreïn

17/03/11 à 10:04 - Mise à jour à 10:04

Source: Le Vif

Les manifestants antigouvernementaux ont été chassés de la place de la Perle, à Manama, au cours d'une violente attaque.

Répression sanglante des manifestations à Bahreïn

© REUTERS/Hamad I Mohamed

Les forces de sécurité bahreïnies appuyées par des hélicoptères ont lancé mercredi une violente attaque contre les manifestants antigouvernementaux. Ces derniers ont été chassés de la place de la Perle à Manama, lieu symbolique du mouvement de protestation qui dure depuis un mois.

Les affrontements, au lendemain de la proclamation de la loi martiale, ont fait au moins six morts: trois policiers et trois civils. Un élu de l'opposition a fait également état de centaines de blessés.

Lundi, à la demande des autorités de Manama et avec le feu vert du Conseil de coopération du Golfe (CCG), un millier de soldats saoudiens et 500 policiers émiratis ont été envoyés dans le petit royaume bahreïni, peuplé majoritairement de chiites mais dirigé par la dynastie sunnite des Khalifa. Cette initiative a été vivement dénoncée par l'Iran chiite et le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a qualifié d'"injustifiable et irréparable" la répression à Bahreïn. Les forces étrangères appelées en renfort par Manama ne semble pas impliquées dans ces opérations.

Rassemblement et défilés interdits

De jeunes opposants prévoyaient une grande manifestation dans la journée dans la capitale mais y auraient renoncé, le Wifaq ayant invité ses partisans à "éviter toute confrontation avec les forces de sécurité". Un journaliste de Reuters a vu des chars et des véhicules blindés se diriger vers la rue Boudaya, dans le nord de la ville, où les jeunes comptaient manifester, et les rues du quartier étaient vides dans l'après-midi.

Peu après, un officier est apparu à la télévision publique pour annoncer que tous les rassemblements et défilés étaient désormais interdits et qu'un couvre-feu courait de quatre heures de l'après-midi à quatre heures du matin dans une grande partie de la capitale.

Levif.be avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires