Référendum Brexit: la question posée place les europhiles dans le camp du "oui"

28/05/15 à 07:42 - Mise à jour à 07:44

Source: Belga

"Le Royaume-Uni doit-il rester membre de l'UE?" Telle est la question à laquelle les Britanniques devront répondre par "oui" ou par "non" lors d'un référendum qui se tiendra d'ici fin 2017, a annoncé jeudi le gouvernement conservateur.

Référendum Brexit: la question posée place les europhiles dans le camp du "oui"

David Cameron, Premier ministre britannique © REUTERS/Ints Kalnins

Cette formulation positive place les europhiles dans le camp du "oui". Elle figure dans le projet de loi détaillant les modalités de la consultation, qui est présenté au Parlement britannique jeudi, au lendemain de l'ouverture de la session parlementaire.

"L'introduction du projet de loi sur le référendum sur l'UE est un pas concret vers le règlement du débat sur l'adhésion du Royaume-Uni de l'UE", a fait valoir une source proche du Premier ministre David Cameron.

La consultation se tiendra au plus tard fin 2017 mais pourrait être organisée dès l'année prochaine.

C'est "la première fois depuis quarante ans que le peuple britannique a son mot à dire sur notre place dans l'UE", a souligné la même source. Le dernier et seul référendum sur la question de l'appartenance du Royaume-Uni au bloc européen remonte à 1975.

L'électorat sera pratiquement le même que pour les élections législatives, c'est-à-dire composé des citoyens britanniques et des citoyens irlandais et du Commonwealth résidents au Royaume-Uni, tous âgés de plus de 18 ans. Contrairement à la pratique aux législatives, les membres de la chambre des Lords pourront voter.

Par contre, les ressortissants de l'UE, autorisés à voter lors des élections locales, ne pourront pas s'exprimer.

En faisant de ce projet de loi le premier de son nouveau gouvernement, David Cameron montre sa volonté d'avancer rapidement sur ce dossier, l'une de ses principales promesses de campagne pour les législatives du 7 mai -qu'il a remportées avec une courte majorité absolue.

Favorable au maintien de son pays dans une union réformée, le Premier ministre britannique compte d'abord tenter de renégocier certains aspects de l'adhésion du Royaume-Uni à l'UE.

Il aspire notamment à rapatrier certains pouvoirs au nom de la souveraineté du Parlement britannique et à durcir les conditions d'accès aux aides sociales pour les ressortissants de l'UE.

Pour défendre ses projets de réforme de l'UE, David Cameron entame une tournée des capitales européennes, commençant dès jeudi par un déjeuner avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et un dîner à l'Élysée avec le Président français François Hollande.

En savoir plus sur:

Nos partenaires