RDC: une "poudrière" qui menace de provoquer une guerre régionale

28/10/13 à 16:17 - Mise à jour à 16:17

Source: Le Vif

La situation en République démocratique du Congo (RDC), où l'armée combat dans l'Est les rebelles du M23, est une "poudrière" qui menace de provoquer une guerre régionale, a averti lundi l'envoyé spécial américain pour la région des Grands Lacs, Russell Feingold, de passage à Paris.

RDC: une "poudrière" qui menace de provoquer une guerre régionale

© Image Globe

"Il faut que les combats s'arrêtent. J'espère que le président (Joseph) Kabila et d'autres en RDC réalisent que même s'ils sont confortés militairement par les derniers événements, il y a d'énormes risques à continuer comme ça, en pensant que la solution militaire est l'unique réponse", a déclaré M. Feingold à des journalistes à Paris.

"Cela risque d'attirer d'autres forces et pourrait conduire à une guerre croisée", a-t-il ajouté, de retour d'une tournée en RDC, Rwanda et Ouganda pour évaluer la situation qu'il a qualifiée de "poudrière".

L'armée congolaise, épaulée par les Casques bleus de l'ONU, inflige depuis vendredi revers sur revers aux combattants du M23 dans l'est de la RDC, où la zone sous le contrôle de la rébellion se réduit considérablement.

Les combats entre le M23 et l'armée avaient repris vendredi, après environ deux mois de trêve, et quatre jours après la suspension des pourparlers de paix entre les deux camps qui se déroulent à Kampala.

Confronté à la progression des troupes gouvernementales, le M23 ne contrôle désormais plus que quelques centaines de km2 limitrophes de l'Ouganda et du Rwanda, deux pays que l'ONU et Kinshasa accusent régulièrement, malgré leurs démentis, de soutenir les rebelles.

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir lundi, à la demande de la France, pour évoquer la situation en RDC. L'émissaire américain devait rencontrer dans la journée des diplomates français. Paris a réaffirmé lundi son attachement à "un règlement politique durable" de la crise.

La France "demande le désarmement et la démobilisation du M23 et de tous les groupes armés qui sévissent en RDC", et appelle "les pays voisins à s'abstenir de tout soutien aux groupes armés", a déclaré le porte-parole du quai d'Orsay, Romain Nadal.

En savoir plus sur:

Nos partenaires