RDC: un Casque bleu tué, trois autres blessés

28/08/13 à 20:19 - Mise à jour à 20:19

Source: Le Vif

Un Casque bleu a été tué et trois autres blessés dans des combats près de Goma (est de la République démocratique du Congo) entre les rebelles du M23 et l'armée congolaise appuyée par la Mission de l'ONU en RDC (Monusco), a annoncé mercredi l'ONU.

RDC: un Casque bleu tué, trois autres blessés

© Image Globe

Les hélicoptères d'attaque et l'artillerie de la force de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC) sont intervenus mercredi contre les rebelles du mouvement du 23 mars (M23) au nord de la ville de Goma, dans l'est de la RDC, a annoncé la Mission des Nations unies au Congo, la Monusco. Selon un communiqué transmis à l'issue d'une conférence de presse de la Monusco à Kinshasa, les hélicoptères se sont "engagés" alors que "l'artillerie de la brigade d'intervention (de la Monusco) et celle des FARDC (les forces gouvernementales congolaises) entraient en action contre les positions du M23".

"L'opération (de soutien menée par la Monusco) est toujours en cours et nous venons d'apprendre qu'un Casque bleu a été tué et trois autres blessés", a indiqué un porte-parole de l'ONU, Farhan Haq.

l'ONU dénonce une fois encore les "viols massifs" à l'est

La Haut Commissaire adjointe de l'ONU aux droits de l'homme, Flavia Pansieri, a dénoncé mercredi les "viols massifs" dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) et exigé, au terme d'une visite de sept jours dans le pays, "une lutte acharnée contre l'impunité".

La Haut Commissaire adjointe s'est dite "alarmée par l'ampleur des violences sexuelles commises principalement par les groupes armés, mais aussi par les forces de défense et de sécurité et les civils". Elle a critiqué le fait que de nombreuses victimes attendaient encore que justice leur soit rendue, notamment pour les cas de viols de Walikale, Bushani et Minova, des localités des deux provinces des Kivu. "La perpétuation de telles violences exige une lutte acharnée contre l'impunité", a-t-elle dit dans un communiqué publié à Genève.

"J'ai pu prendre la mesure de l'impact dévastateur qu'ont les activités des groupes armés sur la vie des communautés locales, notamment les déplacements de population, les viols massifs, les exécutions sommaires et le dénuement consécutif à l'accaparement des terres et des ressources naturelles et minières", a déclaré Mme Pansieri à la suite de sa visite à Kitchanga. "L'état déplorable des centres de détention constitue un autre sujet majeur de préoccupation. Au cours de ma visite de la prison de Bunia, j'ai observé les conditions précaires du millier de détenus confinés dans un espace prévu pour accueillir 220 personnes", a-t-elle poursuivi. Elle a exhorté les responsables à redoubler d'efforts pour réduire les cas de détentions préventives prolongées. La représentante de l'ONU a salué la promulgation récente de la loi établissant une Commission nationale des droits de l'homme. "J'encourage les autorités à rendre la Commission rapidement opérationnelle", a-t-elle conclu.


Nos partenaires