RDC: plusieurs dizaines de mineurs présumés ensevelis, piégés par des travaux

30/08/14 à 11:14 - Mise à jour à 11:14

Une trentaine de mineurs clandestins ont manifesté vendredi colère et inquiétude pour le sort de plusieurs dizaines de leurs camarades ensevelis selon eux dans une mine du sud-est de la République du Congo.

D'après ces "creuseurs artisanaux" habitués à descendre la nuit dans la mine de cuivre et de cobalt de Lupoto, des mineurs ont été pris au piège par des travaux d'aménagement de la mine dans la nuit de jeudi à vendredi.

A flanc de colline, la mine de Lupoto est située dans la localité d'Inakiluba, à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Lubumbashi, chef-lieu de la province du Katanga. Armés de pelles et de pioches, les manifestants ont essayé d'aménager des conduits d'air dans les tunnels comblés la nuit par des engins de chantier. Présent sur les lieux, un agent de l'Agence nationale du renseignement (ANR) a indiqué avoir reçu la plainte de plusieurs familles. "Il y a encore des gens ensevelis sous terre", a-t-il affirmé.

Propriété de l'entreprise minière publique Gécamines, la mine de Lupoto est exploitée depuis janvier par la société Luna Mining. Un représentant de cette société a indiqué que des travaux avaient effectivement eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi afin d'aménager des routes pour évacuer la production de la mine et qu'ils avaient nécessité de boucher des puits utilisés par les creuseurs. Les villageois avaient été dûment prévenus de ces travaux et de leur date, a-t-il affirmé.

En savoir plus sur:

Nos partenaires