RDC : Michel et Verhofstadt réclament un renforcement de l'ONU

25/07/12 à 11:41 - Mise à jour à 11:41

Source: Le Vif

Les députés libéraux européens Louis Michel et Guy Verhofstadt ont plaidé en faveur d'un renforcement des pouvoirs de la Monusco en République Démocratique du Congo (RDC) afin d'empêcher la déstabilisation dans l'est du pays. Depuis le mois d'avril, le nombre de personnes déplacées est évalué à 231.000, ont-ils rappelé.

RDC : Michel et Verhofstadt réclament un renforcement de l'ONU

© Image Globe

Les deux anciens ministres demandent "la constitution immédiate d'une force internationale sous l'égide des Nations Unies avec un mandat renforcé fondé sur le chapitre VII", ont-ils indiqué mercredi dans un communiqué.

Cette force internationale serait constituée sur la base de la Monusco (Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC) déjà présente dans la région et à laquelle serait donné un mandat plus étendu.

Selon M. Michel, également co-président de l'Assemblée parlementaire paritaire Afrique-Caraïbes-Pacifique-Union européenne, le mandat actuel de la mission est insuffisant.
"Il faut mettre au pas les groupes armés qui opèrent dans la région. Il faut donc un mandat qui ne soit pas seulement de maintien de la paix mais qui permette à la Monusco de désarmer les groupes rebelles ou de leur répliquer, en appui des forces armées congolaises", a-t-il expliqué.

Depuis mai, des affrontements opposent régulièrement les mutins qui ont formé le mouvement du M-23 et l'armée régulière. Mardi, des hélicoptères des Nations unies sont intervenus à la suite d'une offensive "contre des populations civiles" menée au nord de Goma.

Cette intervention s'est déroulée au cours de l'après-midi alors que des hélicoptères des forces armées de la RDC intervenaient eux-mêmes contre les rebelles, a indiqué la Monusco.

Selon le porte-parole de la Monusco, Mamodj Mounoubai, la décision a été prise après que le M23 eut attaqué des populations civiles. Environ 2.000 personnes avaient été obligées de fuir les zones de combat après les premiers affrontements entre le M23 et les forces armées de la République démocratique du Congo.

Le 12 juillet dernier des hélicoptères des Nations unies étaient déjà intervenus afin de stopper une avancée des rebelles qui menaçait Goma, la capitale de la province du Nord Kivu.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires