RDC : Kabila vainqueur des élections selon la Céni

09/12/11 à 16:29 - Mise à jour à 16:29

Source: Le Vif

Le président sortant Joseph Kabila, a été proclamé vendredi vainqueur de l'élection présidentielle à un tour du 28 novembre, a annoncé la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

RDC : Kabila vainqueur des élections selon la Céni

© Reuters

Selon les résultats provisoires complets communiqués par le président de la Céni, le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, Joseph Kabila, 40 ans, élu une première fois en 2006, l'a emporté avec 48,95% des voix, devant l'opposant Etienne Tshisekedi, presque 79 ans, qui a totalisé 32,33% des suffrages.

Le troisième est l'ancien président de l'Assemblée nationale, Vital Kamerhe, qui recueille 7,74% des suffrages.

La proclamation des résultats définitifs est attendue après examen des éventuels recours par la Cour suprême de Justice (CSJ), en principe le 17 décembre.

Joseph Kabila reste entouré de mystère après dix ans passés à la tête de l'immense - et agitée - République démocratique du Congo (RDC).

Pour les uns, c'est le premier président élu au suffrage universel depuis l'indépendance de l'ex-Congo belge en 1960, pour les autres un autocratique chef de clan. Certains voient en lui l'homme qui a réussi à maintenir la cohésion d'un pays grand comme l'Europe occidentale après deux guerres civiles qui ont fait des millions de morts, d'autres lui reprochent son incapacité à lutter contre la pauvreté et la corruption dans un pays doté de gigantesques ressources naturelles.

En 2001, ce jeune officier de 30 ans est installé à la place de son père, Laurent-Désiré, assassiné quatre ans après son arrivée au pouvoir à la tête d'une rébellion. La communauté internationale ne souffle mot.

Dix ans plus tard, celui que ses partisans appellent "le Raïs", a certes gagné en assurance, un peu de rondeurs aussi, mais reste toutefois loin de l'image écrasante de Laurent-Désiré Kabila, un rebelle massif qui avait mis fin en 1997 à 32 ans de pouvoir du maréchal Mobutu Sese Seko avant d'être assassiné en janvier 2001.

Kabila junior, lui, cultive plutôt le mystère, derrière un sourire mesuré. Après avoir été propulsé sur le fauteuil paternel, le jeune Kabila gagnera finalement ses "galons électoraux" en 2006 en remportant largement (58,05%) le second tour de la présidentielle, face à l'ex-rebelle Jean-Pierre Bemba, aujourd'hui jugé à la Cour pénale internationale (CPI).

Né à Lulenge, dans le territoire de Fizi (Sud-Kivu, est), fief du maquis de son père, Kabila junior part dès l'âge de 5 ans en exil en Tanzanie, où il passera presque toute sa jeunesse, selon sa biographie officielle.

Dès le déclenchement de la guerre contre Mobutu en septembre 1996, il rejoint son rebelle de père et évolue dans l'ombre de James Kabarebe, un militaire rwandais qui prendra la tête de l'armée après l'accession de Laurent-Désiré Kabila au pouvoir en mai 1997.

Bombardé général-major, Joseph Kabila part en Chine pour une formation militaire, mais rentre précipitamment à cause d'une nouvelle rébellion en août 1998, prémisse d'une guerre régionale qui durera jusqu'en 2003.

Après une difficile transition lancée en 2003, durant laquelle il cohabite avec quatre vice-présidents dont deux ex-rebelles, il est élu en 2006 en promettant la paix et la reconstruction à son pays ravagé par la guerre.

Vendredi, il a décroché un second quinquennat, en dressant un bilan qui, dit-il "sans fausse modestie, est positif".

Ses détracteurs l'accusent de diriger une "dictature", "une pseudo-démocratie où le régime a cette souplesse de terroriser les populations", dit un proche de son rival Etienne Tshisekedi.

Quand certains dénoncent un "gouvernement parallèle" à la présidence, le président répond "rumeurs" et demande des preuves.

Stature râblée et athlétique, M. Kabila apparaît parfois peu à l'aise dans des cérémonies officielles hors d'Afrique où il va peu, préférant visiblement sillonner "ses" provinces, notamment pour inaugurer des travaux, casque de chantier sur la tête.

Les interviews aux médias internationaux et les conférences de presse sont rares: ces trois dernières années, il n'en a tenu que deux, début 2009 et le 18 octobre dernier, durant laquelle il a d'abord parlé en parfait anglais, souvenir de son exil tanzanien.

On le dit amateur de jeux vidéo et de voitures, on le voit aussi parfois conduire lui-même son 4X4 blindé dans Kinshasa, au milieu d'un cortège d'autres véhicules, au passage duquel les passants se figent.

"C'est une caricature. Il a une personnalité intérieure, il est discipliné, et il aime la discrétion", assure un membre de son entourage.

"Très attaché à la terre", selon la même source, le chef de l'Etat possède plusieurs fermes dans le pays, dont une à 70 km de Kinshasa où il se rend souvent.

M. Kabila est marié à Olive Lembe et est père de deux enfants, Sifa, âgée de 13 ans, et Laurent-Désiré Junior, qui a 3 ans.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires