Qui est Abou Azraël, l'"archange de la mort" prêt à mourir pour "broyer" l'EI

19/03/15 à 09:43 - Mise à jour à 14:52

Source: Le Vif/l'express

Cet Irakien n'a qu'une seule envie: réduire à néant les djihadistes de l'Etat Islamique. Voici 'Abou Azraël' - "l'archange de la mort" - le combattant anti-EI le plus connu d'Irak.

Qui est Abou Azraël, l'"archange de la mort" prêt à mourir pour "broyer" l'EI

© Abu Azrael © Facebook

Originaire de Bagdad, son vrai nom est Ayyub Faleh al-Rubaie mais il est surtout connu sous le pseudonyme d' "Abou Azraël" soit "L'archange des Morts". L'homme est devenu le symbole de la lutte contre les terroristes de l'Etat Islamique en Irak et au-delà des frontières.

Sur les réseaux sociaux, sa popularité ne fait que grimper à force de photos et de petits films où il brandit un poignard de combat. Sa main droite a été cassée par une explosion. Un fusil d'assaut M4 est suspendu à son épaule et les poches de sa veste militaire sont alourdies de munitions et grenades. Son nom de guerre s'affiche sur un écusson. Une page Facebook le décrivant comme un personnage public compte déjà plus de 300 000 fans.

L'agence AFP a pu s'entretenir avec "Abou Azraël" sur la base militaire de Speicher près de Tikrit, ville située à 160 km au nord de Bagdad que les forces irakiennes et leurs alliés tentent de reprendre à l'EI. "Je jure sur Dieu que je n'accorderai aucune miséricorde", déclare-t-il à l'agence de presse française. Père de 5 enfants dont 4 garçons et une fille, il lance: "Quand vous me voyez avec mes enfants à l'école, je suis calme mais devant eux (NDLR : les djihadites), je montre une tout autre figure".

Ce combattant déterminé a bâti sa popularité avec son slogan "Illa tahin" par lequel il affirme sa détermination à "broyer" l'EI. Selon le média étatique iranien Al Alam, il serait un ancien professeur d'éducation physique à l'université d'Irak et champion d'Irak de Tae Kwando, ça c'est pour la légende, car son expérience professionnelle reste floue.

"Attaquez-les comme ils vous ont attaqués"

Il explique avoir acquis son expérience militaire avec l'Armée de Mahdi - la milice de l'influent chef chiite Moqtada al-Sadr qui luttait contre les forces américaines en Irak - et en combattant dans la région de Damas contre les rebelles cherchant à renverser le président syrien Bachar al-Assad. "J'ai (sollicité) Dieu le Tout puissant et Dieu m'a accordé mon rêve", dit-il, en expliquant que l'un des responsables de ce "massacre" avait été tué, tandis qu'il en avait déterré d'autres et coupé leur tête. Il cite un verset du Coran qui affirme: "Attaquez-les comme ils vous ont attaqués".

© Abu Azrael © Facebook

Abou Azraël affirme avoir affronté l'EI sur une demi-douzaine de champs de bataille. Il se dit prêt à sacrifier sa vie. "Je me considère à 100% comme un martyr, si Dieu le veut. Je suis prêt à mourir, maintenant ou plus tard".

Si Abou Azraël est devenu une telle icône de guerre c'est parce qu'il personnifie une réponse forte et déterminée face à l'EI, à l'opposé de la débandade humiliante des forces gouvernementales au début de l'offensive djihadiste durant l'été 2014. Son attitude séduit de nombreux Irakiens qui réclament vengeance pour les atrocités commises par l'EI et parce que des centaines de milliers d'entre eux ont été contraints de fuir.

Mais le désir de vengeance combiné à un faible contrôle des milices qui combattent au côté de l'armée peut aussi s'avérer dangereux, prévient l'AFP. Car ces groupes sont régulièrement accusés de violer les droits de l'Homme en menant des exécutions sommaires et des enlèvements. L'organisation de défenses des droits de l'homme Human Rights Watch vient d'ailleurs de publier un rapport pointant du doigt les délits commis par ce genre de miliciens.

En propagande pour l'Iran?

D'un autre côté, certains de ces combattants ont des liens avec l'Iran, à majorité chiite. Le risque existe dès lors qu'ils renforcent les tensions entre chiites et sunnites. L'une des photos publiée sur la page Facebook d'Abou Azraël fait d'ailleurs la promotion de la Gare Révolutionnaire Iranienne, qui serait aussi impliquée dans la bataille de Tikrit selon la BBC.

Un expert de la problématique, Phillip Smyth de l'université du Maryland aux Etats-Unis, a déclaré sur les ondes publiques britanniques que la milice d'Abou Azraël s'était formée à l'été 2014 et que le "soldat star " a été promu immédiatement comme l'élément clé d'une stratégie propagandiste. De son côté, Abou Azraël avance ne faire aucune distinction entre sunnites et chiites. "Nous formons un seul peuple dans un Irak uni."

En savoir plus sur:

Nos partenaires