Quelles sanctions européennes contre la Russie ?

11/09/14 à 16:26 - Mise à jour à 16:49

Les 28 États membres de l'UE ont trouvé jeudi un accord pour que les sanctions économiques renforcées contre la Russie entrent en vigueur vendredi, a-t-on appris de sources européennes.

Quelles sanctions européennes contre la Russie ?

/ © Reuters

Les nouvelles sanctions européennes contre la Russie, adoptées lundi par les ambassadeurs des 28, visent trois grandes sociétés de défense, trois groupes énergétiques et 24 nouvelles personnalités, a indiqué le Conseil de l'UE dans un communiqué. Le détail des sanctions sera publié demain/vendredi au journal officiel de l'Union. Elles entreront immédiatement en application, même si le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a à nouveau souligné jeudi leur réversibilité à la lumière de l'évolution de la situation à l'est de l'Ukraine.

"Le Comité des représentants permanents (Coreper, qui réunit les ambassadeurs des 28 auprès de l'UE, ndlr) effectuera, avant la fin du mois, un examen complet de la mise en oeuvre du plan de paix (en Ukraine) sur la base d'une évaluation effectuée par le Service d'action extérieure (SEAE)", a souligné M. Van Rompuy. Alors qu'un fragile cessez-le-feu semble observé entre l'armée ukrainienne et les rebelles soutenus par Moscou, l'Union a hésité ces derniers jours à publier ses nouvelles sanctions. Elle a néanmoins décidé d'aller de l'avant, afin de maintenir la pression sur la Russie, dont un millier de soldats seraient, selon l'OTAN, encore déployés en Ukraine. Présentées au public jeudi, les sanctions comprennent de nouvelles restrictions à l'accès aux capitaux pour des entités russes. Les prêts aux cinq grandes banques d'Etat sont interdites, de même que le commerce d'instruments financiers dont la maturité est supérieure à 30 jours. Le financement de trois grandes entreprises de défense et de trois grandes sociétés d'énergie est également interdit. Les restrictions au commerce en matière de forage pétrolier sont élargies, tout comme l'interdiction du commerce de biens à double usage (civil et militaire). Enfin, 24 personnes seront ajoutées à la liste des personnalités soumises à une interdiction de voyage et à un gel des avoirs. Sont visées notamment des personnalités impliqués dans les activités sécessionnistes à l'est de l'Ukraine et en Crimée.

Les 28 "se livreront d'ici fin septembre à une revue exhaustive de la mise en oeuvre du plan de paix" en Ukraine. Ces mesures, dont le détail ne doit être connu qu'avec leur publication vendredi au Journal officiel de l'UE, valant entrée en vigueur, avaient été adoptées formellement lundi soir, mais les États peinaient à s'entendre sur le "timing" de leur déclenchement.

Le principe de ces nouvelles mesures avait été décidé par les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE le 30 août après une escalade dans l'est de l'Ukraine marquée par l'entrée de forces russes. Depuis, un cessez-le-feu a été conclu entre Kiev et les séparatistes pro-russes, globalement respectée selon l'Ukraine.

La Russie a préparé de nouvelles mesures de rétorsion aux sanctions européennes

La Russie a préparé de nouvelles mesures de rétorsion contre les pays occidentaux qui la sanctionnent, prévoyant notamment des restrictions aux importations de certaines voitures ou de produits de l'industrie légère, a indiqué jeudi un conseiller du Kremlin. "Le ministère de l'Economie a déjà préparé, d'après ce que je sais, la liste des produits" qui seraient visés par ces nouvelles mesures en plus des produits alimentaires déjà sous embargo, a déclaré ce conseiller, Andreï Belooussov, à l'agence de presse publique Ria Novosti. "Mais j'espère que le bon sens prendra le dessus et que nous ne serons pas contraints d'adopter ces mesures", a-t-il dit. Interrogé sur les produits qui pourraient être visés, il a cité "toute une série de produits non-agricoles pour lesquels nos partenaires, surtout les Européens, dépendent plus de la Russie que la Russie d'eux". "Cela concerne par exemple les importations d'automobiles, en premier lieu d'occasion, cela concerne les produits de l'industrie légère que nous pouvons déjà produire nous-mêmes", a ajouté le conseiller. Selon des sources européennes, les 28 États membres de l'UE ont trouvé jeudi un accord pour durcir leurs sanctions économiques contre la Russie, prévoyant une levée ultérieure si le plan de paix entre Kiev et les séparatistes prorusses se concrétise. Ces mesures, dont le détail ne doit être connu qu'avec leur publication vendredi au Journal officiel de l'UE, valant entrée en vigueur, avaient été adoptées formellement lundi soir mais les États peinaient à s'entendre sur le "timing" de leur déclenchement. Les nouvelles sanctions doivent notamment restreindre l'accès aux marchés des capitaux pour les grandes compagnies pétrolières russes Rosneft et Transneft, ainsi que pour la branche pétrolière du géant gazier Gazprom. Les informations concernant l'accord entre Européens a provoqué une baisse à la Bourse de Moscou et conduit le rouble à un record de faiblesse face au dollar.

En savoir plus sur:

Nos partenaires