Que sait-on des auteurs des attaques de Paris?

16/11/15 à 11:09 - Mise à jour à 11:10

Source: Le Vif

Sur les sept assaillants morts dans les attaques perpétrées vendredi soir à Paris, cinq ont déjà été identifiés à ce stade de l'enquête.

Que sait-on des auteurs des attaques de Paris?

© Reuters

Attaque du Bataclan

Omar Ismaïl Mostefaï est l'un des premiers terroristes à avoir été identifié. Il est l'un des preneurs d'otage du Bataclan qui a ensuite fait exploser sa ceinture d'explosifs vendredi soir. Français de 29 ans d'origine algérienne, il a grandi à Courcouronnes, en banlieue parisienne et vivait à Chartres. Son casier judiciaire fait mention de huit "petites" condamnations entre 2004 et 2010, pour conduite sans permis ou encore outrage, sans aucune incarcération. Grâce à un doigt sectionné retrouvé dans les décombres de la salle de spectacle parisienne, les enquêteurs sont parvenus à l'identifier. En outre, d'après des informations du Monde, l'homme a "très probablement" séjourné en Syrie au cours de l'hiver 2013-2014 et faisait l'objet d'une fiche S (Plus d'infos sur la Fiche S ici). Il n'avait "jamais été impliqué" dans un dossier terroriste, selon le procureur de Paris François Molins. Il fréquentait la mosquée de Lucé, près de Chartres (Eure-et-Loir), selon une source proche de l'enquête. Le président de cette mosquée a assuré qu'il ne le "connaissait pas". "Il s'est radicalisé à Chartres", où la police l'a "repéré" en 2010, a dit le maire de la ville Jean-Pierre Gorges. Sept membres de son entourage familial ont été placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête.

Ce lundi, les autres kamikaze de l'attaque au Bataclan ont été identifiés. L'un d'entre eux est un Français de 28 ans né en banlieue parisienne, qui était connu de la justice antiterroriste depuis 2012 et faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international depuis 2013. Il s'appelle Samy Amimour, a précisé le magistrat chargé de l'enquête, François Molins, dans un communiqué. Il était allé en Syrie en 2013, selon sa famille rencontrée récemment par l'AFP. L'autre kamikaze décédé dans les attentats et récemment identifié est porteur d'un passeport syrien. Il avait fait l'objet d'un contrôle en Grèce en octobre, a annoncé lundi le procureur de Paris. Le nom indiqué sur le passeport était celui de Ahmad Al Mohammad, 25 ans, et les empreintes digitales prises lors de ce contrôle correspondent à celles du dernier kamikaze du Bataclan.

Actions kamikazes du Stade de France

Bilal Ha dfi, 20 ans, est un des trois hommes qui se sont fait sauter au Stade de France. Français, il aurait résidé en Belgique. Selon le Washington Post, l'individu aurait combattu au sein de l'organisation Etat islamique, en Syrie. Les autres terroristes du Stade de France n'ont pas encore été identifiés à l'heure actuelle.

Attaques des cafés et restaurants

Le cinquième kamikaze dont le corps a pu être identifié est Brahim Abdeslam, un Français de 31 ans résidant en Belgique. Il a actionné sa ceinture d'explosifs à 21h43 devant la brasserie Comptoir Voltaire, sans faire de mort mais un blessé grave. Brahim Abdeslam est membre d'une fratrie de trois qui est au centre des recherches. L'un de ses deux frères, Mohammed, a été interpellé à Molenbeek. Il est actuellement en garde à vue à Bruxelles. Une Seat immatriculée en Belgique qui a véhiculé les terroristes a été retrouvée à Montreuil, en proche banlieue parisienne. Trois kalachnikovs, 11 chargeurs vides et 5 pleins se trouvaient à son bord.

Par ailleurs, les services antiterroristes sont sans nouvelle d'un autre homme, Salah Abdeslam, 26 ans, ressortissant français, né en Belgique, qui pourrait être le seul rescapé des huit assaillants, selon des sources proches du dossier. La justice belge a émis un mandat d'arrêt international et la police française a lancé un appel à témoin à l'encontre de cet "individu dangereux". Salah Abdeslam a été identifié comme ayant loué une Polo noire immatriculée en Belgique et retrouvée garée devant le Bataclan, où s'est déroulée la prise d'otage sanglante. Son passeport a été repéré lors d'un contrôle routier samedi matin à Cambrai (Nord de la France) près de la frontière belge. Les gendarmes ont relevé son identité, mais ont laissé repartir la voiture, avec trois occupants à bord, avant de réaliser que son nom apparaissait dans l'enquête sur les attentats. A l'heure actuelle, Salah est le principal suspect en fuite dans cette enquête.

En savoir plus sur:

Nos partenaires