Protéger sa vie privée, une nouveauté pour Sarkozy

20/10/11 à 15:17 - Mise à jour à 15:17

Source: Le Vif

La seule réaction officielle à la naissance de la fille du chef de l'Etat est venue d'un communiqué laconique de l'Elysée. Même son prénom reste un secret bien gardé. Cette discrétion n'a pas toujours été de mise.

Protéger sa vie privée, une nouveauté pour Sarkozy

© Reuters

C'était le 8 janvier 2008. Trois ans et demi avant l'accouchement de Carla Bruni-Sarkozy dans la plus grande discrétion. Depuis l'Elysée, Nicolas Sarkozy profite d'une conférence de presse pour annoncer qu'entre Carla Bruni et lui, "c'est du sérieux".

Dernier commentaire officiel sur sa vie privée. Un mois plus tard, il se marie dans la plus grande discrétion à l'ancien top model. Aucune photo, aucune prise de parole des tourtereaux. Seuls les proches lâchent quelques menues confidences.

Mariage officiel de Nicolas Sarkozy & Carla Brunipar INFOCOM-Net

Ce serait le nouveau Sarkozy, au style plus sobre, moins ostentatoire. Plus président. Il n'a évidemment pas cessé de parler de sa vie privée - on ne fait pas taire sa nature du jour au lendemain- mais, il ne le fait aujourd'hui que par bribes, en marge de déplacements, comme mardi lors d'une visite à Nice. http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3351-c-le-petit-journal.html Ou laisse son épouse s'exprimer sur les joies de la grossesse, comme lors de ses entretiens accordés (tous fin septembre-début octobre), à France 2, à la BBC et à Madame Figaro.

La seule véritable apparition people du couple remonte à mai 2009: les lectrices de Femmes actuelles viennent rencontrer Carla Sarkozy à l'Elysée. Et qui débarque en pleine interview? Nicolas. La vidéo cartonnera sur le web, mais le chef de l'Etat sera largement moqué pour ne pas avoir su réfréner ce besoin de se montrer.

Nicolas Sarkozy : visite surprise à Femme Actuellepar femme-actuelle Tous ses enfants y sont passés

Le besoin est irrépressible chez cet homme, qui a mêlé si longtemps vie privée et vie publique. On se souvient de cette image d'un Nicolas Sarkozy, son fils Jean sur les genoux, en train d'assister à un match du PSG.

Plus récemment, il ne put s'empêcher d'offrir son troisième fils, Louis, en pâture aux médias. C'était en novembre 2004 lors de son congrès d'investiture au Bourget. Au terme d'une vidéo où tout un tas de people venaient lui apporter leur soutien, l'enfant de huit ans soufflait: "Bonne chance, mon papa." Sur écran géant, devant des milliers de militants et des millions de Français.
L'année suivante, changement de direction. Sur le plateau de France3, il répond aux rumeurs, qui annoncent une séparation entre Cécilia et lui: "Comme des millions de famille, la mienne a connu des difficultés ... que nous sommes en train de surmonter. Est-ce que je dois en dire plus? Je ne le pense pas. Et ma famille a besoin d'un peu de répit et je demande simplement qu'(elle) soit respectée." En janvier 2006, il ajoute: "Je ne ferai aucun commentaire sur ma vie privée" et "désormais, j'observerai la discrétion".

Fausse promesse. Ses déboires conjugaux avant, pendant et après la campagne présidentielle de 2007 donnent lieu à quelques scènes ultra-médiatisées. Pour en rester aux enfants, on retiendra cette scène où Nicolas Sarkozy, en ouverture de la garden party de 2007, loue la beauté de Cécilia et de sa fille, Judith.

Le déballage de vie privée trouvera son apogée dans sa rencontre avec Carla Bruni. Début janvier 2008, le couple s'offre une virée à Petra, en Jordanie. Carla porte son fils sur ses épaules. Le monde entier découvre des photos sur lesquelles un bonhomme de six ans est obligé de se cacher le visage.

Près de quatre ans après, la stratégie de communication a changé. Jusqu'à ce que...

Matthieu Deprieck, L'Express.fr

Nos partenaires