Poutine dément la présence de soldats russes en Crimée

04/03/14 à 21:02 - Mise à jour à 21:02

Source: Le Vif

Le président russe Vladimir Poutine a rompu le silence mardi en faisant ses premières déclarations publiques sur la crise en Ukraine plus d'une semaine après la destitution du chef de l'Etat pro-russe Viktor Ianoukovitch.

Poutine dément la présence de soldats russes en Crimée

© Reuters

S'exprimant pendant plus d'une heure devant des journalistes triés sur le volet dans sa résidence présidentielle de la banlieue de Moscou, M. Poutine a nié l'envoi de troupes russes en Ukraine, alors que de nombreux témoignages attestent de la présence de nombreuses forces russes en Crimée. Il a aussi dénoncé un "coup d'Etat" dans l'ex-république soviétique, estimant que M. Ianoukovitch était le président "légitime", mais qu'il n'avait plus d'avenir politique.

Voici les principaux points des déclarations de M. Poutine:

Destitution de Ianoukovitch

"Il ne peut y avoir qu'une seule appréciation sur ce qui s'est passé à Kiev et en Ukraine: il s'agit d'un coup d'Etat anticonstitutionnel, d'une prise de pouvoir par les armes. Il n'y a du point de vue juridique qu'un seul président légitime, il est clair qu'il n'a aucun pouvoir. Mais, je l'ai déjà dit, je veux le répéter, ce président légitime du point de vue purement juridique est évidemment Ianoukovitch".

Pourquoi la Russie a accueilli le président déchu

"La manière la plus simple de se débarrasser d'un président légitime est de le tuer. C'est ce qui se serait passé. Je crois qu'ils l'auraient simplement tué".

Le gouverneur de Dniepropetrovsk et oligarque Igor Kolomoiski

"C'est un vaurien. Il a même dupé notre oligarque (Roman) Abramovitch il y a deux ou trois ans. Et ils ont fait de cette ordure un gouverneur".

L'Ukraine après Ianoukovitch

"Nous voyons un déchaînement de néonazis, de nationalistes, d'antisémites dans certaines parties de l'Ukraine, y compris à Kiev".

Le recours à la force en Ukraine

"Si nous prenons la décision d'utiliser les forces armées en Ukraine, elle sera tout à fait légitime, en parfait accord avec le droit international, dans la mesure où nous avons une demande du président légitime. Nous ne pourrons pas rester en retrait si nous voyons qu'ils commencent à persécuter ou détruire".

Possibles sanctions contre la Russie

"Toutes les menaces de sanctions contre la Russie sont contre-productives et nuisibles".

Boycot éventuel du G8 à Sotchi

"Ils ne veulent pas venir, qu'ils ne viennent pas"

Pas de forces russes en Crimée

"Vous pouvez aller dans n'importe quel magasin et acheter toutes sortes d'uniformes. Ce sont des forces locales d'autodéfense. Dieu merci, ça s'est fait sans le moindre coup de feu et tout est entre les mains de la population de Crimée".

Boycot des Jeux paralympiques de Sotchi

"Je crois que ce serait le comble du cynisme de menacer l'organisation des jeux paralympiques. Cela voudrait dire qu'il n'y a rien de sacré pour ceux qui tenteront de le faire".

L'influence de l'Occident sur l'Ukraine

"J'ai parfois l'impression que des espèces d'employés de laboratoires aux Etats-Unis font des expériences, comme sur des rats, sans comprendre les expériences qu'ils sont en train de faire".

L'élection présidentielle prévue en Ukraine

"S'ils emploient la même terreur qu'on a vue à Kiev, nous n'allons pas reconnaître" l'élection.

La politique en Ukraine

"La vie politique en Ukraine est devenue une farce".

En savoir plus sur:

Nos partenaires