Pourquoi préférons-nous que les terroristes soient fous

25/07/16 à 10:37 - Mise à jour à 10:37

Source: Knack

Mohamed Lahouaiej Bouhlel, le terroriste de Nice, était dérangé. Mais c'était un véritable jihadiste. D'après Wassim Nasr, spécialiste de l'État islamique, et l'historien Pierre Vermeren, la folie et la guerre sainte ne sont pas incompatibles.

Bouhlel était alcoolique, il se droguait, il frappait sa femme et ses enfants, couchait avec des hommes et des femmes et était accro au porno. Il avait des tendances psychotiques, était fasciné par la violence extrême et il aimait regarder les décapitations perpétrées par l'EI. Il ne s'est radicalisé que très récemment, le processus n'aurait duré que quelques semaines.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires