François De Smet
philosophe
Opinion

27/05/18 à 09:00 - Mise à jour à 26/05/18 à 23:07
Du Le Vif/L'Express du 24/05/18

Pourquoi la monarchie britannique a survécu là où tant d'autres se sont éteintes

Le mariage du prince Harry avec Meghan Markle clôt une séquence faste pour les Windsor, après un troisième bébé royal pour Kate et William et un 92e anniversaire pour la reine Elisabeth II. La famille royale a la cote, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des îles Britanniques, dans un monde moderne qui ne cesse pourtant de réclamer davantage de démocratie.

Ce paradoxe peut être compris en se plongeant dans l'oeuvre majeure de l'historien Ernst Kantorowicz, Les deux corps du roi, parue en 1957. Médiéviste, Kantorowicz se passionne pour la construction laborieuse du concept de royauté en Europe. Il montre comment la charge royale comme concept a été créée par les juristes en vue de faire de celui qui n'est, aux tout débuts de l'ère médiévale, qu'un supersuzerain, une figure tutélaire et presque métaphysique. Le noeud de l'invention est tout simple : faire comme si le roi n'avait pas un seul mais deux corps : un corps naturel, physique, soumis aux lois de la vie et de la mort, e...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires