Pourquoi la Chine est accro au crédit

19/12/17 à 14:51 - Mise à jour à 14:51
Du Le Vif/L'Express du 15/12/17

Le géant asiatique est drogué au crédit. Notamment ses entreprises qui ont emprunté sans compter pour financer leur développement. L'essor de la "finance de l'ombre" inquiète.

Il voulait en mettre plein la vue, Jia Yueting. Smartphones, téléviseurs haute définition, casques de réalité virtuelle, streaming musical, séries télévisées, vélos et véhicules électriques... Ils allaient voir, ces géants américains de la tech, ce que les milliardaires rouges avaient dans le ventre. Il y a un an, à San Francisco, devant le gratin de la Silicon Valley, le fondateur de LeEco, une des start-up chinoises les plus prometteuses de ces dernières années, annonçait en fanfare son arrivée aux Etats-Unis. Dans la foulée, il déboursait 250 millions de dollars pour acheter un terrain de 20 hectares sur les hauteurs de Santa Clara afin d'y construire un gigantesque campus pouvant accueillir près de 12 000 salariés. Pour financer ses ambitions, le jeune tycoon pékinois a tout simplement emprunté six milliards de dollars sur la seule année 2016. Problème, il n'a jamais remboursé le moindre centime à ses banquiers. Alors que l'entreprise flirte aujourd'hui avec la faillite, le haut tribunal populaire de Shanghai vient de geler 182 millions de dollars de ses actifs personnels. Motif : trop de dettes. Dans cette Chine aux ambitions économiques démesurées, Jia Yueting est loin d'être un cas isolé. Au début de l'été, c'est l'homme le plus riche de Chine, Wang Jianlin, le fondateur de Wanda, un conglomérat présent dans le tourisme, l'hôtellerie, le cinéma et le foot avec l'At...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires