"Pour Medvedev "Ianoukovitch est toujours le président légitime en Ukraine"

03/03/14 à 08:23 - Mise à jour à 08:23

Source: Le Vif

Le président déchu ukrainien Viktor Ianoukovitch est toujours le président légitime de cette ex-république soviétique, même si son autorité est "insignifiante", a estimé lundi le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

"Pour Medvedev "Ianoukovitch est toujours le président légitime en Ukraine"

© Reuters

"Oui, l'autorité du président Ianoukovitch est quasiment insignifiante, mais cela n'efface pas le fait que selon la Constitution ukrainienne c'est le chef de l'Etat légitime", a écrit M. Medvedev dans un message sur son compte Facebook.

La Russie a accepté d'assurer la protection de M. Ianoukovitch sur le territoire russe, réapparu vendredi pour la première fois depuis sa destitution pour donner une conférence de presse dans la ville russe de Rostov-sur-le-Don (sud).

M. Medvedev a assuré que la Russie était prête à développer des "relations multi-facettes et respectueuses avec le pays frère qu'est l'Ukraine", mais pas avec les autorités intérimaires qui ont remplacé M. Ianoukovitch.

"L'Ukraine n'est pas pour nous le groupe de personnes qui s'est emparé du pouvoir après avoir versé le sang (...) en violant la Constitution et les autres lois de leur Etat", a-t-il fustigé.

"Il s'agit du pays entier. Des gens très différents. Des Ukrainiens, des Russes, des Tatars, des juifs. D'autres nations vivant en bonne entente", a-t-il ajouté.

Plusieurs responsables russes ont dénoncé "les fascistes qui ont pris le pouvoir à Kiev".

M. Medvedev a par ailleurs souligné que si M. Ianoukovitch était coupable de crimes, une procédure de destitution aurait dû être engagée "selon la Constitution ukrainienne".

"Tout le reste n'est qu'arbitraire. Prise de pouvoir. Et cela signifie qu'un tel ordre sera extrêmement instable. Cela se terminera par un nouveau coup d'Etat. Un nouveau bain de sang", a-t-il averti.

"La Russie a besoin d'une Ukraine forte et stable. D'un partenaire solvable et prévisible", a-t-il écrit.

En savoir plus sur:

Nos partenaires