Plus de 86 millions de sous munitions détruites depuis 2008

07/09/12 à 10:26 - Mise à jour à 10:26

Source: Le Vif

L'Observatoire des sous-munitions a présenté le bilan annuel du traité d'Oslo qui interdit l'emploi, le stockage et la production de sous munitions dans le monde. Handicap International constate des progrès significatifs au niveau de la destruction des stocks, mais déplore le manque de financements pour l'aide aux victimes.

Plus de 86 millions de sous munitions détruites depuis 2008

© Reuters

Selon le rapport 2012 de l'observatoire des sous-munitions, 750 000 bombes à sous munitions, soit 86 millions de sous-munitions, ont été détruites depuis l'entrée en vigueur, en 2008, du Traité d'Oslo. Celui-ci interdit à ses signataires l'emploi, le stockage et la production de ces bombes qui peuvent exploser des années après un conflit. Handicap International salue les avancées significatives portées par ce jeune traité, mais déplore le manque de moyens octroyés à l'aide aux victimes : "en seulement 4 ans, la convention sur les armes à sous-munitions a réussi à rassembler 111 Etats, même si de grosses puissances comme les Etats-Unis ou la Chine n'ont pas encore signé le traité. Les signataires ont détruit deux tiers de leurs stocks. C'est un chiffre spectaculaire. Mais le travail à accomplir reste encore énorme, notamment au niveau de l'assistance aux victimes", explique Bruno Leclercq, responsable du plaidoyer pour Handicap International à Bruxelles.

Sur les 48 millions d'euros débloqués par 21 Etats et la commission européenne, 5% seulement ont été dédiés aux victimes : "Des pays comme l'Albanie, le Liban ou la Bosnie-Herzégovine ont dû réduire leurs services d'assistance aux victimes, faute de financements suffisants. Les besoins sont immenses. Il s'agit d'offrir un service d'aide médical d'urgence, de pouvoir s'approvisionner en prothèses, mais aussi de proposer un suivi sur le long terme, au niveau de la rééducation physique et psychique et de la réintégration sociale des victimes. Nous en appelons donc à la responsabilité des Etats signataires du traité d'Oslo qui oblige les pays à contribuer à l'aide aux victimes."

Autre aspect : la dépollution des terrains contaminés par les armes à sous-munitions. 55 km2 environ ont été nettoyés à travers le monde en 2011. Un chiffre impressionnant, mais dérisoire au vu de l'ampleur du travail à effectuer. "Nous estimons à 41 le nombre d'Etats ou de territoires pollués par des armes à sous-munitions qui n'ont pas explosé et qui se retrouvent dans des champs. Les plus gros efforts fournis sont au Laos, car nous y développons énormément de moyens, mais c'est un pays ravagé par les armes à sous-munitions, et l'ampleur du travail à effectuer est inestimable", constate Mr Leclercq.

F.I. (Stg.)

En savoir plus sur:

Nos partenaires