Plus de 1.000 hectares détruits par les flammes dans les Pyrénées-Orientales

12/08/16 à 17:45 - Mise à jour à 17:45

Source: Belga

Quelque 1.100 hectares ont été détruits par un violent incendie attisé par la tramontane jeudi dans les Pyrénées-Orientales mais le feu était maîtrisé vendredi matin et les 60 habitants d'un village, évacués jeudi, ont pu regagner leur domicile, ont indiqué les pompiers. Six sapeurs-pompiers ont été légèrement blessés, en raison d'intoxications aux fumées, d'escarbilles ou de coups de fatigue, selon les secours.

Plus de 1.000 hectares détruits par les flammes dans les Pyrénées-Orientales

© AFP

"1.100 hectares de végétation ont été ravagés. Le feu est fixé. Il n'évolue pas. La surveillances est maintenue. Environ 600 pompiers sont encore sur place avec 160 camions. Ce (vendredi) matin deux Canadair sont venus arroser les reliefs. Ils sont repartis depuis", ont précisé les pompiers. "Actuellement, il y a encore des brandons (débris enflammés), il y a plusieurs kilomètres linéaires touchés. Cela va prendre la journée (pour les éteindre). Le vent doit tourner dans la matinée (de vendredi) ce qui présente d'autres risques", selon les pompiers.

L'incendie, qui s'était déclaré jeudi matin à Montalba-le-Château, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Perpignan, avait été maîtrisé un peu avant minuit. Toutes les routes fermées dans la journée en raison des fumées ont été rouvertes jeudi soir.

Dans la commune de Rodès (600 habitants environ), 60 habitants avaient été accueillis dans la salle des fêtes de la commune, à l'écart du feu, tandis que cent autres avaient été "confinés à domicile", avait indiqué jeudi la préfecture

Mais vendredi matin, la situation était revenue à la normale. "Pas d'inquiétudes à avoir au niveau de Rodès", a indiqué à l'AFP l'adjointe au maire Patricia Vignon. "Tout est maîtrisé. Les Canadair ont arrosé ce (vendredi) matin pour sécuriser. Les personnes mises à l'abri hier (jeudi) après-midi ont pu rentrer chez elles vers 21H00".

Même chose à Villefranche-de-Conflent: jeudi soir, "deux bus du Conseil départemental ont récupéré les touristes coincés. Deux personnes ont passé la nuit dans la salle des fêtes faute d'avoir un point de chute à Perpignan. Elles sont partis ce (vendredi) matin", selon la mairie de Villefranche-de-Conflent.

Cet incendie, le plus important dans le département depuis le début de l'année, intervient au moment où des milliers de soldats du feu étaient déjà à pied d'oeuvre dans trois départements du Sud - Hérault, Gard et Bouches-du-Rhône -, en particulier pour lutter contre l'important incendie qui avait déjà détruit jeudi quelque 3.000 hectares près de Marseille.

Côté transports, "Les trafics ont repris à 07H00, pour les TER, entre Perpignan et Villefranche-de-Conflent", selon Mickael Ollier, directeur de la communication de SNCF Mobilité Languedoc-Roussillon.

Concernant d'éventuelles pistes criminelles dans certains incendies, comme évoquées par le président François Hollande, le colonel Salles-Mazou, patron du SDIS 66, avait indiqué jeudi soir que l'un au moins des trente incendies déclarés jeudi dans le département, celui de Boule d'Amont, était de nature suspecte.

Selon lui, une camionnette blanche a été vue quittant le site du départ de feu juste après celui-ci, dans une zone difficile d'accès en voiture.

Nos partenaires