Plongée dans le La Havane des ventres creux

20/04/18 à 08:00 - Mise à jour à 08:20
Du Le Vif/L'Express du 19/04/18

Loin des quartiers touristiques de la vieille ville, il existe une autre La Havane où la révolution n'a pas terrassé le mal logement et la faim. Un défi pour le successeur de Raúl Castro, qui quitte la présidence après douze années à la tête de l'île communiste.

Aux confins de la rue des Miracles (Milagros) et du boulevard 10 de Octubre, dans le quartier du même nom, un palais espagnol du xixe siècle, écrasé par le soleil, en est à son dernier souffle. Seules trois colonnes résistent encore. Pour combien de temps ? Un vieux camion Kamaz soviétique couleur gris tristesse, dont le moteur semble sur le point d'exploser, fait trembler les vieilles pierres havanaises. Lieu de naissance du célèbre révolutionnaire Camilo Cienfuegos, 10 de Octubre est le quartier le plus peuplé de la capitale, l'un des plus pauvres aussi. " Pauvre, avec aussi beaucoup de violence car, dans ce pays, la presse ne parle pas des faits divers. Il y en a dans ce quartier, même si Cuba est extrêmement sécuritaire comparativement à la plupart des pays ", témoigne Ramiro (1), un ancien policier chargé de retrouver les personnes disparues. Avec plus de 210 000 habitants sur les 2,1 millions de la ville, l'arrondissement est le grand oublié des guides touristiques et pas un Yuma (étranger) ne s'y perd.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires