Piotr Pavlenski, l'artiste insoumis au pays de Poutine

02/09/16 à 11:39 - Mise à jour à 03/09/16 à 15:09

Source: Le Vif/l'express

Depuis que l'opposition a été réduite au silence par l'assassinat de Boris Nemtsov, l'an dernier, les artistes sont les derniers à porter une parole libre au pays de Poutine. A commencer par " l'actionniste " Piotr Pavlenski, dont la radicalité embarrasse le pouvoir.

Il est environ 1 heure du matin, en novembre 2015, lorsque Piotr Pavlenski, un bidon d'essence à la main, s'approche de l'accès principal d'un bâtiment administratif massif, en plein coeur de Moscou, à deux pas du théâtre Bolchoï. Concentré sur sa " mission ", il déverse le carburant sur la porte en bois, y met le feu avec son briquet, prend la pose devant la porte en flammes et attend tranquillement d'être arrêté par la police. Celle-ci met exactement dix-sept secondes à l'interpeller. Rien d'étonnant à cela : sis place Loubianka, le bâtiment en question n'est autre que le siège du FSB, les services secrets russes, autrefois appelé successivement Tcheka, puis NKVD, puis KGB. Des photographes et vidéastes amis immortalisent la figure méphistophélique de Piotr Pavlenski figée devant la " porte de l'enfer ". Puis, ces derniers diffusent les images sur la Toile, qui se propagent comme un incendie, tandis que notre Méphisto est embarqué par les forces de l'ordre, placé en détention préventive pendant sept mois, avant d'être condamné à une amende de 8 200 euros qu'il n'a ni les moyens ni l'intention de payer. Agé de 32 ans, le militant moscovite totalise déjà six " actions " spectaculaires
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires