Perspectives encourageantes pour la lutte contre le sida

22/07/15 à 09:38 - Mise à jour à 09:38

Source: Belga

Un remède contre le virus du sida (VIH) reste toujours à trouver même si les scientifiques affichent un optimisme raisonné au vu des perspectives offertes par de nouvelles recherches présentées à la conférence de la Société internationale sur le sida (IAS) qui s'est terminée mercredi à Vancouver.

Perspectives encourageantes pour la lutte contre le sida

© Reuters

Les pistes sont nombreuses et les progrès réels dans le domaine de la thérapie génique, de l'usage d'anticorps pour neutraliser le VIH, sur les rémissions longues même après l'arrêt d'un traitement antirétroviral, ou encore sur un vaccin toujours à inventer. Dans un domaine déjà exploré depuis quelques années, Christopher Peterson du Centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson de Seattle, a présenté ses recherches basées sur les cellules souches modifiées.

Les chercheurs ont réussi à modifier des cellules pour bloquer le VIH avant qu'il ne pénètre dans les cellules du système immunitaire par des moyens de type "cheval de Troie", selon le principe d'utilisation de gènes toxiques pour éliminer les cellules infectées par le VIH. "Avec des cellules suffisamment protégées, le virus ne devrait pas être en mesure de se propager", a estimé Christopher Peterson.

Dans une autre recherche menée par l'Américain John Mascola des Instituts nationaux de la santé, des résultats ont été obtenus à partir de l'administration d'anticorps monoclonaux, obtenus à partir d'un lymphocytes B et d'un myélome, à des personnes infectées. Sur les 8 individus qui avaient reçu cette injection, la charge virale plasmatique, une mesure du degré d'infection, a "diminué d'environ 10 à 50 fois" pour six d'entre-eux dans les trois mois.

Les deux autres étaient porteurs d'une souche du VIH résistant à l'anticorps utilisé. Les anticorps peuvent avoir plusieurs usages dans le traitement du VIH, a-t-il ajouté, comme par exemple celui d'aider à "éliminer le réservoir viral" présent dans les cellules des personnes infectées. Le cas de rémission d'une jeune française de 18 ans, infectée par le VIH pendant la grossesse de sa mère, a particulièrement retenu l'attention des 6.000 participants à la conférence.

Après l'arrêt de son traitement antirétroviral à 6 ans, ses médecins ont constaté un an plus tard, puis au fil des années, que cette jeune fille présentait une charge virale indétectable, a noté Asier Sáez-Cirión de l'Institut Pasteur. Un premier cas mondial de rémission pour un enfant qui reste mal compris. "Nous avons besoin de beaucoup plus de recherche fondamentale", a poursuivi M. Sáez-Cirión.

En savoir plus sur:

Nos partenaires