"Permettre à quelqu'un de s'isoler dans le cockpit d'un avion, c'est chercher les problèmes"

27/03/15 à 10:54 - Mise à jour à 10:53

Source: Vrt

Interviewé sur la VRT, l'ancien pilote de la Sabena, Filip Van Rossem, a critiqué la procédure de cockpit mise en cause dans la catastrophe aérienne survenue dans les Alpes françaises. Il a également désapprouvé les nouvelles mesures instaurées depuis le crash.

"Permettre à quelqu'un de s'isoler dans le cockpit d'un avion, c'est chercher les problèmes"

Filip Van Rossem © VRT

Ancien pilote de la compagnie aérienne belge Sabena, Filip Van Rossem est formateur pour les pilotes qui apprennent à voler avec un Airbus. Selon lui, la procédure de la porte de sécurité a "joué un rôle pervers". Après les attentats du 11 septembre, les compagnies aériennes ont imposé un nouveau protocole de sécurité qui selon Van Rossem "mènerait un jour à la catastrophe".

"Donner la possibilité à quelqu'un de s'isoler dans un avion, sans qu'on puisse intervenir, c'est chercher les problèmes" déclara-t-il dans l'émission Reyers Laat. "S'il n'y avait pas eu cette porte, les 150 passagers auraient aidé le commandant à expulser le copilote de son siège et ce drame n'aurait pas eu lieu".

Van Rossel ne croit pas aux nouvelles règles proposées ces derniers jours. Plusieurs compagnies aériennes ont en effet déclaré qu'il y aurait désormais toujours deux personnes dans le cockpit. Lorsqu'un pilote s'absente pour se rendre aux toilettes par exemple, un membre de l'équipage de cabine devra prendre sa place.

"Balivernes" répond van Rossem à la question de savoir si ces règles seront efficaces. "Ici le copilote a dû accomplir un seul acte pour faire descendre l'avion. Selon Van Rossem, une seconde personne dans le cockpit, une frêle hôtesse d'une vingtaine d'années par exemple, ne pourrait pas faire grand-chose.

"Il faut supprimer la porte de sécurité"

"Pour moi, on peut supprimer cette porte de sécurité. Je sais que certains collègues ne l'approuvent pas, mais j'en connais beaucoup qui sont d'accord" estime-t-il.

En savoir plus sur:

Nos partenaires