Peinture : La saga des vols du célèbre "Cri" d'Edvard Munch

11/08/16 à 09:18 - Mise à jour à 12:24

Source: Le Vif/l'express

Tout le monde connaît Le Cri d'Edvard Munch, ce légendaire tableau de l'histoire de l'art occidental. Il en existe en réalité quatre versions, dont les deux plus célèbres, à l'huile, ont été volées à dix ans d'intervalle ! Une saga norvégienne digne d'un polar, que les musées d'Oslo préfèreraient oublier...

Samedi 12 février 1994. Jour de l'ouverture des Jeux olympiques d'hiver à Lillehammer, en Norvège. On imagine une journée glaciale, le vent qui souffle sans que rien n'annonce l'amorce du dégel. A 180 kilomètres de là, plus au sud, la Galerie nationale d'Oslo est encore assoupie. A 6 h 30, alors que la plus grande partie des forces de police est concentrée au nord pour couvrir l'inauguration des JO, est dérobé l'un des tableaux les plus célèbres au monde, à savoir la version la plus fameuse du Cri d'Edvard Munch (1863-1944). Les caméras du musée montreront deux individus cassant une fenêtre, arrachant la toile du mur et s'enfuyant en 50 secondes à peine. Le chef de la sécurité, dont le bureau est situé dans les caves, n'a pas réagi quand l'alarme s'est déclenchée, pensant qu'il s'agissait d'une erreur... Non contents d'avoir agi si rapidement, les malfrats laisseront une note sur le mur : "Mille mercis pour la piètre sécurité !"
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires