Parlement européen : la N-VA rejoint le groupe des Conservateurs et Réformistes

19/06/14 à 06:51 - Mise à jour à 06:51

Source: Le Vif

La N-VA s'est prononcée mercredi soir en faveur d'une adhésion au Groupe des Conservateurs et Réformistes (ECR) du Parlement européen, fondé par les tories du Premier ministre britannique David Cameron. Le parti ne s'associera donc pas à l'Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe (ADLE) de Guy Verhofstadt.

Parlement européen : la N-VA rejoint le groupe des Conservateurs et Réformistes

© Image Globe

Les membres de la N-VA ont longuement débattu mercredi soir sur la place que doit occuper le parti nationaliste au Parlement européen ces cinq prochaines années.

La décision de son adhésion au groupe ECR a été officialisée vers 23h.

Outre les conservateurs britanniques, l'ECR accueille, entre autres, les eurosceptiques Alternative für Deutschland et la droite extrême du Parti populaire danois (DF)

Que la N-VA rallie l'ECR "n'est pas bon pour le projet européen"

La décision de la N-VA d'adhérer au Groupe des Conservateurs et Réformistes (ECR) du Parlement européen, au détriment de l'Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe (ADLE), "n'est pas bonne pour le projet européen", a réagi Guy Verhofstadt, mercredi soir. "Nous tendons la main à tous ceux qui veulent coopérer pour réformer et renforcer l'Union européenne. Pour sortir de la crise, il est urgent de revoir l'union fiscale et économique. Dans cette optique, l'ADLE avait écarté tous les obstacles à l'adhésion éventuelle de la N-VA", a commenté Guy Verhofstadt.

Selon lui, "la décision du parti nationaliste, le plus grand du pays, de s'associer à un groupe eurosceptique, si pas anti-Européen, où siègent plusieurs partis d'extrême droite comme les Vrais Finlandais (Ware Finnen) et le Parti populaire danois (Dansk Folkeparti), ou encore l'Alternative pour l'Allemagne (Alternatif für Deutschland), qui rejette l'euro, n'est pas bonne pour le projet européen".

Les nationalistes restent membres de l'Alliance libre européenne

La N-VA reste membre de l'Alliance libre européenne (ALE), le parti régionaliste européen associé aux Verts au Parlement européen, malgré son choix de rejoindre le groupe des Conservateurs et Réformistes (ECR).

Les membres du Conseil de parti de la N-VA avaient la possibilité mercredi soir de se positionner en faveur de l'ECR, du groupe libéral ALDE de Guy Verhofstadt, mais aussi, surprise, de l'ALE. Selon le porte-parole, 70 membres se sont prononcés en faveur de l'ECR, plus de 40 pour l'ALE et seulement 3 pour l'ALDE.

Malgré ce résultat, la N-VA restera membre de l'ALE, un parti européen que la Volksunie avait contribué à fonder et dont le président est le N-VA Eric Defoort. C'est la participation à ce parti européen qui a permis il y a quelques années à la N-VA d'intégrer le groupe parlementaire constitué par l'ALE et les Verts. Les écologistes belges Philippe Lamberts (Ecolo) et Bart Staes (Groen) avaient cependant laissé entendre il y a quelques mois que la présence de la N-VA n'y serait plus possible en raison du discours "néolibéral" des nationalistes flamands.

Alors qu'on s'attendait à ce que la N-VA se retire de l'ALE, il est apparu que son maintien au sein du parti régionaliste européen constituait bien une option proposée mercredi soir aux instances. Cette option n'a finalement pas été celle retenue par le Conseil de parti mais la N-VA a décidé malgré tout de rester membre de l'ALE.

En savoir plus sur:

Nos partenaires