Palestine: Israël punit Mahmoud Abbas et frappe au porte-monnaie

04/12/12 à 07:24 - Mise à jour à 07:24

Source: Le Vif

Tel Aviv a annoncé le blocage du transfert des droits de douane prélevés sur les marchandises qui transitent par les ports et aéroports d'Israël et destinées aux territoires palestiniens.

Palestine: Israël punit Mahmoud Abbas et frappe au porte-monnaie

© Reuters

Comme il l'avait menacé, le gouvernement israélien a riposté à l'octroi du statut d'Etat observateur à l'ONU à la Palestine. D'abord en annonçant la construction de 3000 nouveaux logements dans ses colonies, à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, vendredi, ce qui a soulevé des critiques de la communauté internationale. Puis en frappant au porte-monnaie, dimanche. Tel Aviv a décidé, dimanche, de bloquer provisoirement le transfert des taxes qu'il collecte au profit de l'Autorité palestinienne. De quoi s'agit-il?

Le ministre des Finances Youval Steinitz a annoncé en conseil des ministres le blocage de 460 millions de shekels (92 millions d'euros) qui auraient dû être transférés début décembre. Elles seront utilisées pour rembourser les dettes de l'Autorité palestinienne à la compagnie nationale d'électricité israélienne, selon le ministre.

Deux tiers des recettes publiques palestiniennes sont sous le contrôle des autorités israéliennes

Ces sommes correspondent aux droits de douane prélevés sur les marchandises qui transitent par les ports et aéroports d'Israël et destinées aux Territoires palestiniens. En application du Protocole de 1994 relatif aux relations économiques entre Israël et les Palestiniens (Protocole de Paris), Israël perçoit les droits de douane et la taxe sur la valeur ajoutée sur les marchandises importées à travers son territoire et les transfère à l'Autorité palestinienne. Ces fonds atteignent chaque année entre 700 millions et 1 milliard d'euros, selon le correspondant du Monde en Israël, Laurent Zecchini. Ce type de mesure complique la gestion de l'Autorité palestinienne déjà difficile en raison de l'occupation d'une grande partie de son territoire -Plus de 42 % des terres de Cisjordanies ont été confisquées par la colonisation-, puisque deux tiers environ des recettes publiques palestiniennes sont sous le contrôle des autorités israéliennes, selon le dernier rapport de la Cnuced sur l'économie palestinienne.
Ce n'est pas la première fois que Tel Aviv prend des mesures de représailles financières contre les Palestiniens. En mai 2011 par exemple, le transfert de 60 millions d'euros à l'Autorité palestinienne avait été suspendu alors que Mahmoud Abbas s'apprêtait à signer un accord de réconciliation au Caire la réconciliation avec le Hamas. De février 2006 à juillet 2007, le gouvernement israélien avait également gelé le transfert de ces sommes, afin de faire pression sur le gouvernement contrôlé par le Hamas après sa victoire aux élections législatives.

"L'imprévisibilité rend difficile la planification budgétaire et compromet la capacité de l'Autorité palestinienne de payer ses fournisseurs privés de biens et de services ainsi que les traitements de plus de 150 000 fonctionnaires", regrette la Cnuced, dans son rapport.
Le ministère des Finances a précisé que les Palestiniens devaient plus de 800 millions de shekels d'impayés à la compagnie d'électricité, et que la suspension, qui concerne les taxes recueillies en novembre, ne serait appliquée que pour ce versement.

LeVif.be avec L'Express

En savoir plus sur:

Nos partenaires