Obama se lance officiellement dans la course à sa réélection

- Mis à jour le

Source: Le Vif

À six mois de la présidentielle américaine, Barack Obama tient samedi ses premiers meetings de campagne officiels, l'occasion de s'en prendre nommément à son adversaire républicain Mitt

Obama se lance officiellement dans la course à sa réélection

© Reuters

Romney alors que les nouvelles économiques sont moins bonnes qu'espérées. En compagnie de la très populaire Première dame Michelle Obama, le président américain va chercher à gonfler à bloc l'armée de militants qui lui avait permis de remporter la Maison Blanche en 2008.

Il doit tenir deux meetings de lancement dans deux Etats qui seront cruciaux le 6 novembre prochain: à Columbus (Ohio, nord) et à Richmond (Virginie, est). Ces Etats avaient voté démocrate en 2008, contribuant à la victoire de M. Obama, mais la situation semble moins nette cette année, après trois ans et demi de pouvoir à l'ombre d'un chômage qui n'a décru que lentement depuis la récession de 2007-2009, comme l'ont montré les statistiques d'avril publiées vendredi.

Face à ce bilan économique et l'impossibilité d'enfiler à nouveau le costume de candidat de l'"espoir" et du "changement", M. Obama semble avoir adopté le principe d'une campagne négative.

"Je ne crois pas que la priorité soit les réductions d'impôts pour les millionnaires et la diminution des investissements qui façonnent une classe moyenne forte", a-t-il dit dans son allocution hebdomadaire diffusée samedi.

Mardi, l'équipe démocrate a lancé une énième attaque ad hominem contre M. Romney, l'accusant d'avoir, à l'époque où il était dirigeant d'entreprise puis gouverneur, délocalisé des emplois au Mexique, en
Chine et en Inde. Et de conclure: "c'était à attendre de la part d'un type qui avait un compte en banque en Suisse".

Les six mois de la campagne à venir s'annoncent âpres, d'autant plus que M. Romney lui-même ne répugne pas à frapper fort sur ses adversaires, comme l'a montré sa campagne pour les primaires républicaines.

Vendredi, dans une tribune publiée dans un journal local de l'Ohio, à la veille de la visite présidentielle, M. Romney écrit: "Comme tous les Américains je reconnais que vous avez hérité d'une crise économique. Mais vous avez eu trois ans pour changer les choses. Le bilan de ces trois années est clair. Votre politique a échoué, pas seulement dans l'Ohio mais à travers le pays".

"M. Romney émerge d'une bataille sans merci pour l'investiture, qui a provoqué quelques doutes sur sa personnalité, et il veut repartir de zéro avec les Américains", note John Geer, spécialiste des campagnes électorales négatives à l'université Vanderbilt.

"L'équipe Obama ne va pas lui permettre de le faire sans poursuivre ses critiques. Ils veulent introduire le doute sur sa personnalité et le présenter comme un extrémiste sur (certains) dossiers", assure cet expert à l'AFP.

M. Obama avait gagné dans l'Ohio en 2008 avec une large avance, mais cet État durement touché par le chômage a élu depuis un gouverneur républicain. Un sondage Quinnipiac publié jeudi ne donne que deux points d'avance au président face à M. Romney, c'est-à-dire une avance inférieure à la marge d'erreur.

Les démocrates diffusent déjà des publicités négatives dans l'Ohio, en Virginie et dans l'Iowa, mais tentent aussi de relancer l'enthousiasme de leurs troupes en diffusant de longues vidéos à la gloire du bilan de M. Obama, comme la réforme de l'assurance-maladie, le sauvetage des banques et de l'industrie automobile, la fin de la guerre en Irak et l'élimination de Ben Laden.

Mais M. Romney et son parti insistent sur l'économie et l'emploi, préoccupations principales des Américains. "Bienvenue en Ohio. Une simple question: où sont les emplois? ", a ainsi demandé M. Romney dans une lettre ouverte au président publiée vendredi par le journal local Cleveland Plain Dealer.

Avec Belga

Les derniers articles en un clin d'oeil



Nos partenaires