Obama : la Palestine pourrait être membre de l'ONU d'ici un an

24/09/10 à 08:44 - Mise à jour à 08:44

Source: Le Vif

Le président américain Barack Obama va déclarer à ses pairs rassemblés à l'ONU jeudi qu'ils pourraient accueillir d'ici un an un nouveau membre -la Palestine- s'ils appuient ses efforts de paix au Proche-Orient, selon les extraits de son discours publiés par la Maison Blanche.

Obama : la Palestine pourrait être membre de l'ONU d'ici un an

© Reuters

Le président va mettre tout son poids politique et diplomatique dans la balance, avec les risques que cela comporte pour lui, pour arriver à forger une paix entre Israéliens et Palestiniens.

Il va aussi appeler les principaux protagonistes de la région à puiser dans la tradition de tolérance du judaïsme, du christianisme et de l'islam pour forger un traité de paix.

"Si nous faisons cela, quand nous reviendrons ici l'année prochaine, nous pourrions avoir un accord qui nous mènera à accueillir un nouveau membre des Nations unies: un Etat de Palestine indépendant, vivant en paix avec Israël", doit déclarer le président.

L'appel du président Obama, du haut de la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, arrive à un moment crucial des négociations de paix entre Palestiniens et Israéliens.

Elles n'ont repris que depuis début septembre sous la houlette des Etats-Unis et de Barack Obama lui-même et un moratoire sur les colonisations en Cisjordanie occupée doit expirer à la fin du mois. Les Palestiniens ont fait de sa reconduction une condition indispensable à la poursuite du dialogue.

L'appel d'Obama vient aussi à un moment de fragilité politique dans son pays, alors que son parti démocrate craint une déroute aux élections législatives de novembre.

Israël prêt à un "compromis" sur le gel de la colonisation
De son côté, Israël est prêt à parvenir à un "compromis agréé par toutes les parties", concernant une prolongation du moratoire sur la construction dans les implantations de Cisjordanie, a déclaré vendredi à l'AFP un haut responsable gouvernemental israélien.

"Israël est disposé à parvenir à un compromis agréé par toutes les parties sur la prolongation du gel de la construction, étant entendu que ce gel ne pourra pas être total", a affirmé ce responsable qui a requis l'anonymat.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu "déploie des efforts intensifs pour parvenir à un tel compromis avant l'expiration du moratoire le 26 septembre", a-t-il ajouté.

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires