Obama en Bavière pour le sommet du G7

07/06/15 à 09:38 - Mise à jour à 09:38

Source: Belga

Le président américain Barack Obama est arrivé dimanche matin en Bavière pour participer à un sommet du G7 centré sur les violences dans l'est de l'Ukraine mais aussi les âpres négociations sur le règlement de la dette grecque.

Obama en Bavière pour le sommet du G7

© AFP

L'avion présidentiel Air Force One a atterri peu après 6H15 à Munich. Accueilli par des habitants en costume traditionnel, M. Obama devait retrouver la chancelière Angela Merkel à Krün, commune des Alpes bavaroises qui abrite le château d'Elmau où se retrouveront dans la journée les chefs d'Etat et de gouvernement des sept puissances économiques du G7. La crise ukrainienne, qui a valu à la Russie d'être exclue de ces sommets, sera l'un des thèmes au menu des discussions des chefs d'Etat ou de gouvernement des pays les plus industrialisés.

Négociations de la dette grecque

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a refusé de prendre au téléphone le Premier ministre grec Alexis Tsipras samedi, après que celui-ci a durement rejeté les propositions des créanciers d'Athènes. Il est vrai que cette semaine M. Tsipras a surpris tout le monde en regroupant les 1,6 milliard d'euros de paiements au FMI dus en juin, alors qu'un prêt de 300 millions d'euros arrivait à échéance vendredi. Devant le Parlement grec, il a fustigé des exigences "absurdes", tout en affirmant qu'Athènes était "plus près que jamais" d'un accord avec ses créanciers. Il a aussi exigé une "solution définitive" sur "la viabilité de la dette grecque".

Obama rencontrera le Premier ministre irakien en marge du G7

Le président américain Barack Obama rencontrera également en tête-à-tête et en marge du sommet le Premier ministre irakien, Haider al-Abadi. Cette rencontre sera l'occasion pour M. Obama d'évoquer "directement" avec M. Abadi "la situation sur le terrain et nos efforts pour soutenir les forces irakiennes", face au groupe de l'Etat islamique, a indiqué Ben Rhodes, conseiller du président américain.

En savoir plus sur:

Nos partenaires