Obama demande à la Corée du Nord à renoncer à son attitude agressive

12/04/13 à 07:32 - Mise à jour à 07:32

Source: Le Vif

Le président américain Barack Obama a appelé jeudi la Corée du Nord à renoncer à son "attitude agressive" mais a assuré que les Etats-Unis se défendraient si nécessaire, à l'occasion d'une rencontre à la Maison Blanche avec le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Obama demande à la Corée du Nord à renoncer à son attitude agressive

© Reuters

"Nous sommes tous les deux d'accord sur le fait que le temps est venu pour la Corée du Nord de mettre fin au type d'attitude agressive qu'elle a adoptée, et d'essayer de faire baisser la température", a affirmé M. Obama à l'issue de ses entretiens dans le Bureau ovale.

"Personne ne souhaite voir un conflit se produire dans la péninsule coréenne, mais il est important pour la Corée du Nord, comme pour tous les autres pays dans le monde, d'observer des règles de base", a ajouté le président américain, en référence aux menaces quasi-quotidiennes du régime nord-coréen vis-à-vis notamment des Etats-Unis et de la Corée du Sud.

"Nous continuerons à essayer de résoudre certains de ces dossiers de façon diplomatique, même si, comme je l'ai indiqué au secrétaire général, nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour protéger nos ressortissants et honorer nos obligations relatives à nos alliances dans la région", a souligné M. Obama.

De son côté, M. Ban, se disant "profondément préoccupé (...) par les tensions en cours dans la péninsule coréenne", a appelé "les pays voisins, dont la Chine, qui pourraient avoir une influence sur la Corée du Nord, à exercer leur influence pour que cette situation soit résolue pacifiquement".

Parallèelement, Washington presse la Chine d'aider à retenir la Corée du Nord De hauts responsables américains ont pressé la Chine d'utiliser toute son influence pour stopper les actions "déstabilisantes" de la Corée du Nord, affirmant que des intérêts régionaux et internationaux étaient en jeu.

"La Chine a un énorme intérêt dans la stabilité et la recherche incessante de la Corée du Nord à se doter d'un missile nucléaire armé est l'ennemie de la stabilité", a déclaré un haut responsable de l'administration américaine qui accompagnait le secrétaire d'Etat américain John Kerry pour son premier voyage à Séoul. "Cela nous donne à nous et aux Chinois un objectif commun très puissant pour la dénucléarisation", a ajouté ce responsable sous couvert d'anonymat.

"Il semble tout à fait clair qu'ils sont en train de préparer au moins un autre essai de missile", a déclaré un autre haut responsable du Département d'Etat, lui aussi sous couvert d'anonymat. Si l'essai se déroule pendant que John Kerry se trouve dans la région, les Etats-Unis "n'auraient pas d'autre choix que de le condamner".

Le voyage en Asie de John Kerry, qui le mènera aussi à Pékin et Tokyo, est "très important... pour montrer à nos alliés... que nous sommes prêts. Et que nos alliances comptent, que nous les défendrons", a-t-il ajouté.

L'avion de M. Kerry a fait escale au Kirghizstan pour faire le plein et arrivera vendredi soir à Séoul où le secrétaire d'Etat rencontrera le nouveau président Sud-Coréen Park Geun-Hye et le ministre des Affaires étrangères Yun Byung-Se.

Il se rendra samedi à Pékin pour y rencontrer des dirigeants chinois, et aura dimanche des entretiens avec des dirigeants japonais à Tokyo.

Nos partenaires