"Nuit Debout" : naissance d'un mouvement des "Indignés" à la française ?

01/04/16 à 17:17 - Mise à jour à 17:14

Source: Le Monde

Quelques centaines de manifestants ont passé la nuit Place de la République, à Paris, en guise de protestation face au projet de réforme du code du travail du gouvernement de François Hollande. Une forme d'occupation que certains comparent déjà au mouvement des Indignés espagnols.

"Nuit Debout" : naissance d'un mouvement des "Indignés" à la française ?

© AFP

Alors que le mouvement de protestation contre la loi gagne de l'ampleur au niveau national (1,2 millions de participants selon les syndicats, 390 000 selon la police), un autre mouvement se déclare prêt à bourgeonner dans le prolongement de la contestation de la loi travail. "Nuit Debout", c'est le nom de l'évènement qui a regroupé plusieurs centaines de personnes sur la Place de la République la nuit passée, mais aussi, à plus petites échelles, dans d'autres villes françaises comme Lyon ou Nantes.

Le but affiché était d'occuper l'espace public et de débattre en assemblée citoyenne sur les différentes perspectives d'avenir pour la contestation sociale. Des concerts étaient organisés, tout comme la projection du film-phénomène "Merci Patron !", du journaliste Français Ruffin. L'économiste Frédéric Lordon, figure de l'opposition à la loi El Khomri, y a notamment pris la parole. Si tous n'ont pas passé la nuit sur place, quelques irréductibles étaient encore présents aux alentours de 5H du matin, heure à laquelle la police a fait évacuer la place. Les évènements se sont déroulés dans le calme.

Un mouvement des "Indignados" à la française ?

Aujourd'hui, de nombreux médias français sont déjà prêts à faire le parallèle avec le mouvement des "Indignados" espagnols, encore appelé mouvement du "15-M". Pour rappel, plusieurs milliers d'Espagnols s'étaient mis en mai 2011 à occuper des lieux publics, notamment la Puerta Del Sol à Madrid, dans le but de dénoncer les mécanismes de la crise et de manifester leur désaveu en la classe politique. C'est dans le même esprit que s'était constitué "Occupy" aux Etats-Unis en automne 2011, qui visait plus particulièrement le monde de la finance.

Déterminés à remettre le couvert

Les manifestants parisiens, rassemblés autour de la plateforme "Convergence des luttes", ont prévu de remettre le couvert ce soir au même endroit, où une nouvelle assemblée générale est prévue pour 17 heures." La plate-forme se décrit comme "un collectif informel réunis autour de la dynamique du film "Merci Patron !" et de l'équipe du journal Fakir, composé d'intermittents, de syndicalistes et de citoyens engagés".

Anne Hidalgo, la maire de Paris, a néanmoins fait savoir qu'elle s'y opposait. "J'ai du respect pour les manifestants, mais les grands espaces publics ne peuvent pas être privatisés quelles que soient les intentions belles ou moins belles. On est aussi dans une période avec un risque d'attentat où il faut être vigilant", a-t-elle déclaré au micro de France Inter. Mais sur Twitter, les appels au rassemblement sous le hashtag #NuitDebout ne semblent pas faiblir.

Nos partenaires