Nouvelle conférence des donateurs en faveur des réfugiés syriens

24/04/18 à 08:47 - Mise à jour à 08:47

Source: Afp

La communauté internationale se réunit mardi et mercredi à Bruxelles pour une nouvelle conférence des donateurs en faveur des 5 millions de Syriens réfugiés dans les pays voisins et les 6,1 millions de déplacés internes, dont 250.000 sont assiégés dans des zones de combats.

Nouvelle conférence des donateurs en faveur des réfugiés syriens

Des réfugiés syriens attendent de pouvoir entrer en Jordanie. © REUTERS

"Les promesses de dons seront un indicateur de l'engagement international", ont souligné les responsables de l'Union européenne, qui co-préside cette réunion avec les Nations unies. Il s'agit de la septième conférence annuelle sur l'avenir de la Syrie, mobilisant pays donateurs, ONG humanitaires et agences de l'ONU.

"Les promesses de dons ont totalisé 5,6 milliards d'euros (6 milliards de dollars), dont 3,7 milliards d'euros accordés par l'UE, lors de la sixième conférence en 2017. Nous espérons faire mieux en 2018", ont expliqué les diplomates européens. Au terme de l'exercice, 7,5 milliards de dollars (6,14 milliards d'euros) de dons ont été obtenus en 2017, a précisé l'UE.

"Mais nous constatons qu'une certaine lassitude s'installe et la Syrie n'est pas le seul pays auquel il est nécessaire d'apporter une aide humanitaire", ont déploré les mêmes sources.

Quelque 85 délégations sont attendues pour cette conférence, mais les regards seront tournés vers les représentants de la Russie et de l'Iran, les deux soutiens politique et militaire du régime syrien, grand absent à Bruxelles, tout comme son opposition.

La réunion se déroule au moment où une équipe d'experts internationaux enquête sur l'attaque chimique présumée du 7 avril contre un bastion rebelle dans la ville de Douma, près de Damas.

"Une solution au conflit me paraît de plus en plus lointaine", a reconnu récemment la représentante pour la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

"La détérioration de la situation sur le terrain rend de plus en plus urgente une solution politique", a de nouveau plaidé Mme Mogherini.

"Nous devons exercer le maximum de pression sur les parties au conflit et leurs soutiens", a-t-elle prôné.

'Solution politique'

"Nous avons besoin de négociations sérieuses au plus vite à Genève et nous devons avoir Damas à la table", a insisté la chef de la diplomatie européenne. "Sans solution politique, nous allons vers une catastrophe", a-t-elle averti.

"Nous avons vu la situation se détériorer considérablement depuis le début de l'année. Nous avons eu en Syrie quelque 700.000 personnes déplacées" en quatre mois, a précisé une haut fonctionnaire de l'UE impliquée dans l'organisation de la conférence de Bruxelles.

Quelque 6,1 millions de personnes sont maintenant déplacées à l'intérieur de la Syrie. Plus de cinq millions de Syriens ont fui leur pays et 13 millions de personnes ont besoin d'aide, souligne l'UE.

La première journée de la conférence, mardi, sera consacrée à des entretiens avec les organisations humanitaires engagées en Syrie, au Liban, en Jordanie et en Turquie.

La directrice générale de l'ONG Save the Children International, Helle Thorning-Schmidt, ancienne Première ministre du Danemark, veut exhorter les donateurs à se concentrer sur l'éducation.

Un tiers des jeunes Syriens ne vont pas à l'école et un tiers des écoles syriennes sont inutilisables à cause de la guerre, a-t-elle déclaré à l'AFP.

"Nous avons laissé tomber les enfants syriens. C'est la septième année et on les laisse encore tomber", a-t-elle regretté dans une interview.

Selon l'UNICEF, quelque 2,8 millions d'enfants syriens n'ont pas eu accès à l'éducation et dans certaines régions du pays, le simple fait d'aller à l'école "est parfois devenu une question de vie ou de mort".

La seconde journée sera plus politique avec l'entrée en lice des ministres.

L'UE sera représentée par douze ministres des Affaires étrangères, six ministres chargés du développement et cinq secrétaires d'Etat.

Federica Mogherini attend à cette occasion un soutien à la reprise du processus de négociation engagé sous l'égide de l'ONU à Genève.

Nos partenaires