Nouvel éboulement à Pompéi

01/12/10 à 14:27 - Mise à jour à 14:27

Source: Le Vif

Un mur d'une douzaine de mètres protégeant "la Maison du moraliste" s'est écroulé ce mardi sur le site archéologique italien, trois semaines après l'effondrement de la Maison du gladiateur.

Nouvel éboulement à Pompéi

© Epa

"Un mur qui s'était déjà écroulé à la suite des bombardements pendant la seconde guerre mondiale et qui a été reconstruit s'est de nouveau écroulé ce matin sur une douzaine de mètres", a déclaré le service des biens architecturaux de Pompéi, un des lieux les plus visités d'Italie. "Ce mur était composé de pierres anciennes que nous allons récupérer et réutiliser, comme lors de la précédente reconstruction, et il ne comportait pas de fresques ou peintures", selon la même source.

Maison du gladiateur Le mur était situé derrière la Maison du moraliste, ainsi appelée car son propriétaire avait fait inscrire sur les murs du jardin de sa demeure des phrases de morale pour ceux qui lui rendaient visite. Cette construction n'a jamais été ouverte au public.

Il y a trois semaines déjà, un autre édifice de Pompei, la Maison du gladiateur, s'était complètement écroulé, suscitant en Italie une vague d'indignations et d'inquiétudes sur la préservation de ce patrimoine. Dans les deux cas l'écroulement, dont les causes doivent encore être officiellement établies, semble pouvoir être attribué à de fortes pluies qui ont déstabilisé le terrain.

Pompéi, ensevelie sous les cendres par l'éruption du Vésuve le 24 août 79 après Jésus-Christ, a fait l'objet de fouilles systématiques depuis 1860 et constitue l'ensemble le mieux conservé d'une ville de l'époque romaine et de l'art et de la culture de l'époque. Elle est classée au patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco.

"Il faut examiner avec prudence ce qui s'est produit et éviter les alarmismes inutiles. La situation à Pompéi est constamment contrôlée par les techniciens et l'écroulement n'a concerné aucun élément important, ayant une valeur historique, artistique ou archéologique", a réagi le ministre de la Culture Sandro Bondi.

Levif.be avec Belga

Nos partenaires