Gérald Papy
Gérald Papy
Rédacteur en chef adjoint du Vif/L'Express
Opinion

24/12/16 à 12:00 - Mise à jour à 11:50

"Nos rêves sont plus forts que nos échecs"

Groggy. Forcément groggy. On a beau avoir l'optimisme chevillé au smartphone, on sort forcément un peu anéanti par cette année noire. C'est que nombre de nos certitudes ont été ébranlées.

L'Etat protecteur, d'abord. Quand le 22 mars, les derniers membres du commando des attentats de Paris assassinent 32 citoyens du melting-pot bruxellois, c'est aussi la foi en la force rassurante des institutions démocratiques qui est écornée. Les conséquences s'avèrent aussitôt considérables : fragilisation du vivre-ensemble, dépression économique, et puis, remise en cause de notre modèle de société et des moyens mis en oeuvre pour nous protéger... Les vertus de l'échec, rappelle opportunément dans son livre éponyme le philosophe Charles Pépin, reposent sur trois conditions : bannir le déni, éviter l'identification personnelle (savoir faire la distinction entre " avoir raté " et " être un raté ") et, surtout, analyser les causes en profondeur. 2016 se termine san...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires