Natascha Kampusch: "je dérange parce que je brouille les repères"

24/09/16 à 15:00 - Mise à jour à 25/09/16 à 15:35

Source: Le Vif/l'express

Pendant huit ans et demi, Natascha Kampusch a vécu dans une cave de 5 mètres carrés aménagée par le respectable Wolfgang Priklopil. Dix ans après son évasion, elle raconte la longue et pénible traversée que fut la reconquête d'elle-même. Interview.

Pour l'opinion publique, vous ne vous comportez pas comme devrait se comporter une victime : fragile, versant des larmes en interview, incapable d'avancer dans la vie... Comment vivez-vous ce reproche permanent ?

Beaucoup de gens m'adressent des marques de sympathie, mais beaucoup d'autres ont fait preuve d'un grand manque de sensibilité durant toutes ces années, en effet. Je pense que certains envient la force qui m'a permis de m'adapter à une situation aussi terrible et ma volonté de vivre une vie normale. Au début, ça m'a rendue furieuse ; aujourd'hui, ça m'attriste. Mais que puis-je y faire ? C'est le problème de ces gens, et je ne peux pas le régler à leur place. Je suis fière de ne pas être tombée dans l'alcool ou la drogue. Après le long chemin que j'ai parcouru depuis ma fuite, j'arrive à gérer ces critiques, même si cela reste difficile. J'avais sous-estimé cette contrainte extérieure qui me renvoie sans cesse à mon passé.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires