Munich: le risque d'attentat n'est plus considéré comme imminent

01/01/16 à 08:56 - Mise à jour à 14:03

Source: Belga

Le groupe Etat islamique (EI) est soupçonné d'avoir voulu perpétrer un "attentat suicide" le soir de la Saint-Sylvestre à Munich, ont indiqué vendredi les autorités allemandes. Le risque est revenu au niveau où il se situait "avant les menaces d'attentats" du passage au Nouvel An et n'est plus considéré comme imminent, a annoncé ce vendredi le chef de la police locale.

Munich: le risque d'attentat n'est plus considéré comme imminent

La gare de Munich sous haute surveillance. © REUTERS

"Globalement j'évalue la situation à Munich" en matière de risque terroriste "comme étant celle qui prévalait avant ces menaces concrètes d'attentats", ayant conduit notamment à évacuer deux gares de la région au moment du réveillon du Nouvel An, a déclaré à la presse Hubertus Andrä.

"Selon les derniers éléments de l'enquête, il n'y a pas de danger concret d'attentat à Munich", a ajouté la police munichoise dans un communiqué. L'alerte avait été donnée dans la soirée après que autorités allemandes eurent reçu des indications de deux services de renseignement étrangers "de pays amis", a souligné le responsable policier, sans donner plus de détail. Mais au final la police allemande ne sait pas si les suspects mentionnés existent vraiment. "Nous ne savons pas si les noms (communiqués) existent, si ces personnes existent bien et si oui où elles se trouvent", a-t-il indiqué.

Les contrôles effectués dans la nuit aux abords des deux gares n'ont rien donné et aucune interpellation n'a été effectuée. L'une des informations reçues, vers 19H40 (18H30 GMT) jeudi soir, faisait spécifiquement état d'un risque d'attentats à minuit au passage à la nouvelle année dans la gare centrale de la capitale bavaroise et dans une autre gare proche de la ville, perpétrés par un groupe de "cinq à sept hommes", a-t-il précisé.

Les autorités allemandes ont reçu des services de renseignement des noms et autres détails d'identification "pour la moitié des suspects" présentés comme de nationalité "irakienne et syrienne" et censés vouloir passer à l'acte au nom de l'organisation Etat islamique, a ajouté le chef de la police munichoise. Il a néanmoins rejeté l'idée d'une "fausse alerte", soulignant que la police ne pouvait ignorer des indications venant de deux services de renseignement, de surcroît pour un passage à l'acte censé être imminent.

Selon la radio-télévision publique bavaroise, Bayerischer Rundfunk, les autorités allemandes ont reçu des informations d'abord des services secrets américains puis ensuite des services de renseignement français indiquant que sept Irakiens, nommément identifiés, se trouvaient dans la ville et se préparaient à commettre les attentats. Les hommes auraient, selon ces éléments, voulu commettre leurs actes par petits groupes dans les deux gares et sans doute aussi dans d'autres endroits de la ville, selon la radio-télévision. Vendredi, la police allemande n'avait toutefois fait état d'aucune interpellation. Les deux gares, qui avaient été évacuées, ont été rouvertes au public et à la circulation dans la nuit.

Les gares évacuées, les trains à l'arrêt

Les deux gares ont été évacuées à temps et les trains mis à l'arrêt, avait indiqué la police munichoise, appelant les gens en train de fêter la nouvelle année à ne pas se rassembler et à ne pas prendre les transports en commun. La police a également diffusé sur Twitter un message d'alerte en plusieurs langues. "La police judiciaire a fait part vers 19h40 (18h40 GMT) à la police bavaroise d'indices émanant d'un service de renseignement ami concernant une attaque de l'EI (...) prévue (...) à Munich à la gare centrale et/ou à celle de Pasing", a précisé M. Herrmann, sans préciser de quels services de renseignement il s'agit.

Des renforts policiers sont arrivés du sud de la Bavière et des unités spéciales ont également été déployées. Au total, quelque 550 policiers ont été déployés. Selon un photographe de l'AFP, l'ambiance était plutôt calme à Munich, où plusieurs policiers étaient postés aux différentes entrées de la gare centrale. "Nous travaillons intensément à éclaircir la situation et enquêtons sur de possibles suspects", a ajouté la police sur Twitter. "Nous prenons la chose très au sérieux, il y a une intervention importante (de la police) ici à Munich", a indiqué un porte-parole de la police, cité par l'édition en ligne de la Süddeutsche Zeitung.

L'Allemagne a connu une alerte similaire le mois dernier. Le 17 novembre, quatre jours après les attentats de Paris durant lesquels 130 personnes ont trouvé la mort, un match de football amical entre l'Allemagne et les Pays-Bas avait été annulé au dernier moment en raison d'une menace d'attentat. La police locale avait alors indiqué disposer d'"indices sérieux selon lesquels un attentat à la bombe était prévu dans le stade" le soir du match. Les enquêteurs n'ont cependant découvert aucun explosif ni arrêté aucun suspect. Par la suite, les autorités allemandes ont refusé à plusieurs reprises d'apporter des précisions sur l'ampleur, la source et la nature de la menace.

En savoir plus sur:

Nos partenaires