Moscou met en garde contre une "catastrophe humanitaire"

05/05/14 à 20:16 - Mise à jour à 20:16

Source: Le Vif

La Russie a mis en garde lundi contre une "catastrophe humanitaire" dans les villes bloquées par l'armée loyaliste ukrainienne dans l'est du pays, en proie à une insurrection pro-russe.

Moscou met en garde contre une "catastrophe humanitaire"

© Reuters

"Une catastrophe humanitaire se prépare dans les villes bloquées - on constate une pénurie de médicaments, des interruptions de livraisons de denrées alimentaires commencent à se produire", a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères. "Les actions punitives des forces de l'ordre ukrainiennes font de nouvelles victimes dans la population civile", a-t-il aussi soulingé, appelant Kiev à "mettre un terme au bain de sang et (....) à s'asseoir à la table des négociations" pour trouver une issue à la crise. L'opération lancée vendredi par Kiev contre les séparatistes pro-russes dans l'Est du pays a abouti à l'encerclement de Slaviansk, fief de la rébellion armée. Cette opération touche aussi la ville voisine de Kramatorsk.

Ban Ki-moon offre sa médiation Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a offert sa médiation pour trouver une solution à la crise en Ukraine. "Je suis prêt à jouer un rôle si c'est nécessaire", a déclaré lundi le chef de l'ONU, actuellement en visite à Abou Dhabi. M. Ban a indiqué être en contact avec toutes les parties concernées, en citant les dirigeants ukrainiens, les dirigeants russes, l'Union européenne et les Etats-Unis. "J'appelle les quatre parties à résoudre ce problème par les moyens pacifiques, et je suis prêt à jouer un rôle", a souligné le chef de l'ONU. Il s'est dit "profondément inquiet" des violences en Ukraine et a demandé l'application de l'accord du 17 avril conclu à Genève par "toutes les parties" en conflit. 'accord de Genève, compromis signé entre l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne, prévoit notamment le désarmement des groupes illégaux et l'évacuation des bâtiments occupés. Mais la Russie a déclaré la semaine dernière que cet accord était mort après le lancement par Kiev d'opérations militaires décrites par Moscou comme une "guerre de (l'Ukraine) contre son propre peuple".

Nos partenaires