Moïse Katumbi, cow-boy désarçonné

01/06/16 à 15:32 - Mise à jour à 15:32

Source: Le Vif/l'express

L'ex-gouverneur du Katanga apprend ce qu'il en coûte de défier le régime dont il a longtemps été un allié de poids. Mais qui se cache derrière l'homme d'affaires riche à millions, candidat à la présidentielle, vu avec bienveillance à Washington, Paris et Bruxelles ?

La politique au Congo est une voie hasardeuse. C'est la réflexion que se faisait déjà Moïse Katumbi à l'époque où le richissime homme d'affaires gouvernait la province du Katanga et était membre du parti du président Kabila. Le harcèlement policier dont est victime depuis des mois le candidat déclaré à la présidentielle et son inculpation, le 19 mai, pour un présumé "recrutement de mercenaires" n'auront fait que renforcer chez lui ce sentiment. "Sans sa carapace de gouverneur, Katumbi est nu, avait prévenu, dès l'an dernier, un ministre de Kabila. Quelqu'un qui a exercé ces fonctions a forcément des choses à se reprocher." Pour autant, ce ne sont pas les dossiers financiers qui auront finalement servi à désarçonner le "cow-boy" katangais. L'accusation de recrutement de mercenaires en vue de fomenter un coup d'Etat ne brille pas par son originalité. Mais elle a fait ses preuves sous d'autres cieux quand un autocrate cherche à embastiller ou à pousser à l'exil un rival politique devenu trop dangereux.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires