Mitt Romney vers la victoire en Floride

30/01/12 à 15:02 - Mise à jour à 15:02

Source: Le Vif

La primaire a lieu ce mardi dans cet État du sud des États-Unis. Deux sondages donnent à Mitt Romney une confortable avance sur son principal rival, Newt Gingrich.

Mitt Romney vers la victoire en Floride

© Reuters

Le républicain Mitt Romney semblait assuré dimanche d'une large victoire dans l'élection primaire de Floride mardi. Mais son principal adversaire Newt Gingrich lui a promis une bataille acharnée jusqu'à la convention du parti cet été. Deux sondages sont venus ajouter ce dimanche à la confiance du camp Romney, dans cet État du sud-est des États-Unis, connu pour faire ou défaire les destins présidentiels.

Le premier attribue à l'ancien gouverneur du Massachusetts une avance de 15 points, à 42% des intentions de vote contre 27% à l'ancien président de la Chambre des représentants (sondage NBC/Marist). Le deuxième, réalisé pour cinq grands médias de Floride, donne 11 points d'avance à M. Romney (42% contre 31%).
Dimanche, Romney semblait déjà savourer sa victoire, lors d'une étape de campagne à Naples (sud-ouest de la Floride), où il a critiqué devant plus de 1000 personnes Gingrich, un rival qui "se trouve toujours des excuses pour tout". Mais "il a du mal en Floride, parce que les gens ici ont regardé les débats, l'ont écouté, ont écouté les autres candidats, et ont dit, 'Romney est celui que nous allons soutenir'", a déclaré Romney.

Gingrich s'est cependant dit déterminé à poursuivre la course jusqu'à l'été. "Nous irons jusqu'à la convention", a-t-il déclaré après avoir assisté à un office religieux dans une énorme église baptiste à Lutz (ouest de la Floride). Une fois terminé le processus des primaires, qui ont lieu État par État, la convention républicaine doit désigner fin août celui qui sera opposé à Barack Obama en novembre.

"Je pense que le parti républicain ne nommera pas un modéré du Massachusetts qui est pour l'avortement, pour le contrôle des armes et pour l'augmentation des impôts", a martelé Gingrich, opposant "la timidité d'un modéré" à "l'audace d'un conservateur à la Reagan, prêt à être un visionnaire". "Si vous prenez tous les votes non-Romney, il est très probable qu'il y aura une majorité de non-Romney à la convention. Mon travail, c'est de les convertir en majorité pro-Gingrich", a-t-il ajouté.

Bataille de spots électoraux

La Floride est le quatrième État à organiser ses primaires, et la bataille a été rude. Après la victoire de Gingrich en Caroline du Sud, Romney a revu sa stratégie, est devenu plus agressif. Il a ferraillé pied à pied dans les deux débats télévisés de Floride, a multiplié les attaques directes contre Gingrich.

L'ex-président de la Chambre a également essuyé un barrage de spots électoraux extrêmement critiques, financés par le camp Romney sur les télévisions et radios locales. Le camp Gingrich a fait de même, mais à moindre échelle. Romney et son super PAC (comité d'action politique) ont englouti dans ces publicités 13,8 millions de dollars, presque quatre fois plus que le camp Gingrich (3,8 millions).

La primaire de Floride est particulièrement importante, en raison de son poids électoral (plus que les populations réunies des trois États qui ont déjà voté) et de l'élan qu'elle donnera au gagnant. Les trois premiers scrutins dans l'Iowa, le New Hampshire et la Caroline du Sud ont été respectivement gagnés par Santorum, Romney et Gingrich.

Selon un sondage Obama ferait jeu égal avec Romney mais écraserait Gingrich
Barack Obama ferait jeu égal avec Mitt Romney si ce dernier obtenait l'investiture républicaine pour la course à la Maison Blanche, mais le président sortant éliminerait facilement les autres candidats potentiels, selon un sondage publié lundi.

Selon l'enquête Gallup publiée par le quotidien USA Today, Mitt Romney obtiendrait 48% des voix contre 47% au président sortant, soit un écart largement inférieur à la marge d'erreur du sondage (plus ou moins cinq points).

Le président démocrate en revanche arriverait largement en tête devant l'autre favori républicain, l'ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich, qui n'obtiendrait que 40% des voix contre 54% à M. Obama.

M. Gingrich obtiendrait ainsi encore moins de suffrages que les deux autres républicains encore dans la course des primaires: l'isolationniste Ron Paul recueillerait 43% des voix contre 50% à M. Obama, et l'ultraconservateur Rick Santorum (44% contre 51% au président sortant).

Les résultats de ce sondage, réalisé de mardi à samedi auprès de 737 électeurs, risquent d'être mis à profit par l'équipe de campagne de M. Romney pour expliquer que seul l'ancien gouverneur du Massachusetts est à même de battre M. Obama lors de la présidentielle du 6 novembre.

M. Romney doit affronter mardi ses trois adversaires républicains en Floride, où se déroule le quatrième scrutin de la saison des primaires. Selon un sondage de l'Université Quinnipiac, M. Romney éliminerait M. Gingrich en Floride avec 43% des voix contre 29%, loin devant MM. Paul et Santorum qui recueilleraient 11% chacun. Ce sondage réalisé du 27 au 29 janvier auprès de 539 électeurs républicains susceptibles d'aller voter a une marge d'erreur de 4,2 points.

LeVif.be avec L'Express et Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires